Bienvenue à Harmonie, une nouvelle comédie musicale !

0
71

Com­pos­i­teur, harpiste, pianiste, directeur musi­cal, enseignant, chef de chœur… Nico­las-Marie San­ton­ja, véri­ta­ble couteau suisse artis­tique, présente ce mois-ci sa pre­mière créa­tion. Celle-ci racon­te l’his­toire d’une famille de réfugiés, fuyant la guerre et atter­ris­sant dans un pays où tout le monde s’ex­prime en chan­tant et dansant. Com­pos­i­teur et libret­tiste du pro­jet, cet amoureux de la comédie musi­cale a voulu ren­dre hom­mage au genre en incor­po­rant jusque dans le scé­nario un ques­tion­nement fon­da­men­tal : pourquoi chanter et danser pour racon­ter sa vie ? Le pro­pos poli­tique est égale­ment très présent. Le spec­ta­cle se place comme une satire poli­tique de notre société, de son rap­port au pou­voir, à l’im­péri­al­isme et à l’im­mi­gra­tion, et le fos­sé créé par les iné­gal­ités.

Lors de notre ren­con­tre, l’au­teur nous a expliqué avoir présen­té plusieurs de ses idées à un pan­el de per­son­nes mêlant artistes du milieu de la comédie musi­cale et novices du genre. Cette réu­nion a ensuite don­né lieu à un vote plaçant Bien­v­enue à Har­monie en tête. Le pro­jet devait d’ailleurs s’appeler « Je déteste la comédie musi­cale, la comédie musi­cale ». Ce proces­sus illus­tre la moti­va­tion de Nico­las-Marie San­ton­ja à porter le genre de la comédie musi­cale en France auprès d’un large pub­lic, ain­si que sa con­cep­tion du genre qui, en plus d’un grand diver­tisse­ment, est égale­ment un moyen de faire val­oir des idées et de trans­met­tre des émo­tions.

Bien­v­enue à Har­monie est une fresque de notre société, une tra­gi-comédie musi­cale aux inspi­ra­tions var­iées inclu­ant Leonard Bern­stein, John Kan­der, Jer­ry Her­mann, Stephen Schwartz mais aus­si Michel Legrand et Michel Berg­er, ren­dant hom­mage au genre tout en s’en moquant. Nico­las-Marie San­ton­ja souhaite par ce biais abor­der des thèmes impor­tants comme le pou­voir, l’in­di­vid­u­al­isme, la guerre, sans rien sac­ri­fi­er au diver­tisse­ment.

Le spec­ta­cle est mis en scène par Corentin Bois­gard, et les choré­gra­phies, du Broad­way Jazz aux dans­es latines en pas­sant par les cla­que­ttes, sont signées Xavier Con­rad Ducrocq. On retrou­ve sur scène un total de seize artistes-inter­prètes par­mi lesquels Anis­sa Belone, Gré­go­ry Garell, Jim­my Cos­ta-Savel­li et San­dra Gau­gué, accom­pa­g­nés par deux musi­ciens, l’au­teur au piano et Simon Lemon­nier à la bat­terie. Le spec­ta­cle sera en show­case à l’Apol­lo Théâtre les 19 & 20 févri­er prochains. Les réser­va­tions sont ouvertes ici, et une cagnotte Leetchi est en cours. Retrou­vez plus d’in­fos sur le pro­jet sur leur page Face­book.