Canada — Notre Dame de Paris (Critique)

0
205
La troupe de Notre-Dame de Paris © Alessan­dro Dobi­ci

Livret : Luc Pla­m­on­don
Parole : Luc Pla­m­on­don
Musique : Richard Coc­ciante
Mise en scène : Gilles Maheu
Choré­gra­phie : Mar­ti­no Muller
Décors : Chris­t­ian Ratz

Dis­tri­b­u­tion :
Hiba Tawa­ji (Esmer­al­da)
Ange­lo Del Vec­chio (Qua­si­mo­do)
Daniel Lavoie (Frol­lo)
Richard Charest (Gringoire)
Valérie Car­pen­tier (Fleur-de-Lys)
Mar­tin Giroux (Phoe­bus)
Jay (Clopin)

Dou­blures :
Elhai­da Dani (Esmer­al­da), Idesse (Fleur-de-Lys), Matt Lau­rent (Qua­si­mo­do), Yvan Ped­neault (Phoe­bus), Robert Marien (Frol­lo), Gardy Fury (Clopin), Flo Car­li (Gringoire).

Revivez les suc­cès « Belle », « Le temps des Cathé­drales », « Vivre » et venez redé­cou­vrir la mise en scène de Gilles Maheu et les choré­gra­phies spec­tac­u­laires de Mar­ti­no Muller.

Notre avis :
Mon­tréal célèbre les 20 ans de la comédie musi­cale Notre-Dame de Paris. Cette série de représen­ta­tions obtient un suc­cès fou et déjà plus de 100 000 bil­lets ont été ven­dus pour cette tournée québé­coise… Un tri­om­phe mérité ?

On con­naît tous l’in­trigue de Notre-Dame de Paris : Qua­si­mo­do aime Esmer­al­da qui aime Phoe­bus. Ce dernier est fiancé à Fleur-de-Lys. L’archidi­acre Frol­lo qui est lui-même pris au piège, son désir char­nel refoulé, explose comme un vol­can devant la belle gitane. Frol­lo va jusqu’à poignarder Phoe­bus pour l’empêcher d’aimer Esmer­al­da. C’est elle qui est accusée de l’at­ten­tat. Il lui fait une offre qu’elle refuse… Il se vengera.
Qua­si­mo­do enlève Esmer­al­da de sa prison. Clopin et les sans-papiers envahissent la cathé­drale pour la délivr­er. Dans la mêlée, Clopin est tué. Gringoire devient le porte-parole des sans-papiers et un poète engagé. Qua­si­mo­do laisse Frol­lo livr­er Esmer­al­da à Phoe­bus croy­ant que ce dernier est venu la sauver. Phoe­bus vient, au con­traire, annon­cer à Esmer­al­da qu’elle sera pen­due. Qua­si­mo­do jette Frol­lo du haut de Notre-Dame et arrive trop tard sur les lieux de la pendai­son à la place de Grève. Il demande au bour­reau le corps d’Es­mer­al­da pour se laiss­er mourir avec elle au charnier de Mont­fau­con.

Notre-Dame de Paris con­tient de nom­breux tubes et c’est ce qui explique en par­tie son immense suc­cès auprès d’un cer­tain pub­lic. En out­re, on retrou­ve une troupe à la hau­teur de nos attentes avec notam­ment un Richard Charest en pleine pos­ses­sion de sa voix, ou Ange­lo Del Vec­chio, qui offre un Qua­si­mo­do émou­vant. Si, aux pre­mières notes, il nous rap­pelle Garou, cette impres­sion se dis­sipe au cours du spec­ta­cle. On appré­cie encore mieux aujourd’hui la voix et la présence de Daniel Lavoie en Frol­lo, l’archidi­acre tirail­lé entre l’amour et la haine. On appré­cie donc la dis­tri­b­u­tion des­tinée à séduire le pub­lic ancien et le nou­veau.

Depuis sa créa­tion en 1998, rien n’a vrai­ment changé dans cette comédie musi­cale si ce n’est les cos­tumes “rafraîchis” et une mise en scène resser­rée. Nous auri­ons aimé de nou­veaux décors plus actuels et surtout un orchestre live. En revanche, les choré­gra­phies endi­a­blées sont tou­jours aus­si spec­tac­u­laires, portées par des danseurs et des danseuses qui offrent des presta­tions à couper le souf­fle.

Pour les inter­pré­ta­tions, les choré­gra­phies et les nom­breux suc­cès de la comédie musi­cale, on se doit de voir Notre-Dame de Paris. On appréciera toutes les sub­til­ités de cette pro­duc­tion et, mal­gré les quelques longueurs du spec­ta­cle, vous n’aurez aucun regret.

En grande tournée à tra­vers le Québec dès 2018 :
Québec : dès le 11 août au Grand Théâtre de Québec
Trois-Riv­ières: dès le 30 août à l’Amphithéâtre COGECO
Ottawa : dès le 16 octo­bre au Cen­tre nation­al des Arts