Décès d’André Previn

0
70


Décédé le 28 févri­er dernier à l’âge de 89 ans, le musi­cien états-unien André Previn n’a pas eu la même renom­mée pop­u­laire que son aîné, égale­ment touche-à-tout de la même époque, Leonard Bern­stein. Pour­tant, il a réus­si à rem­porter des suc­cès incon­testa­bles au ciné­ma, puis dans le jazz et finale­ment dans la musique clas­sique, aus­si bien en tant que com­pos­i­teur que pianiste ou que chef d’orchestre de for­ma­tions pres­tigieuses.

Rien que dans le domaine du film musi­cal, citons qua­tre Oscars (onze nom­i­na­tions au total dans sa car­rière) pour ses adap­ta­tions musi­cales et orches­tra­tions pour l’écran de Gigi, Por­gy and Bess, Irma la douce et My Fair Lady ; ain­si que les ban­des orig­i­nales et les musiques addi­tion­nelles de plus de 50 films, dont Paint Your Wag­on (La Ker­messe de l’Ouest), pour l’essen­tiel com­posées au cours des seize années passées à la MGM.

De nom­breux enreg­istrements discographiques où il inter­prète ou dirige des stan­dards de Gersh­win, Porter, Loewe, Arlen… témoignent de son immense tal­ent à créer des tex­tures musi­cales où se ren­con­trent la lib­erté du jazz, les ambiances car­ac­téris­tiques du ciné­ma et la grandeur de la musique clas­sique. L’émis­sion 42e rue du 10 mars revien­dra sur son par­cours à la fois sin­guli­er et emblé­ma­tique du cross over à l’améri­caine.