Life Is a Bathroom And I Am a Boat

0
601

De et avec : Ivan Gouillon
Pianiste : Boris Mange
Mise en espace : Olivi­er Rey

Igor de la Cues­ta y Vil­lasalero Bukows­ki nous invite à le suiv­re de paque­bots en transat­lan­tiques. Créa­ture intem­porelle, ce chanteur de charme bon­i­menteur refait l’histoire. De Proust aux Bea­t­les, en pas­sant par Fitzger­ald et les Sex Pis­tols, il a aus­si con­nu Win­ston Churchill, un jeune rouquin nom­mé Dany… Entre faits réels et mythomanie éhon­tée, une seule cer­ti­tude, il est prob­a­ble­ment le plus grand chanteur de salle de bain que le monde ait porté et c’est ce lien puis­sant qui le rat­tache à nous tous et nous le rend si drôle­ment humain.

Notre avis :

Dans Life Is a Bath­room And I Am a Boat, Igor de la Cues­ta y Vil­lasalero Bukows­ki est un per­son­nage atteint d’une bonne dose de mythomanie et de méga­lo­manie. De 1912 à 2012 (mais quel âge peut donc avoir Igor ?), l’énergumène nous con­te plusieurs événe­ments his­toriques aux­quels il aurait par­ticipé. Du naufrage du Titan­ic à un vol pour la Lune, il y a de nom­breux pas que le fameux Igor fran­chit avec une belle assur­ance pour racon­ter sa vie ! Il aura par exem­ple été en toute sim­plic­ité le proche de nom­breux per­son­nages célèbres. Une de ses seules faib­less­es sera éventuelle­ment son pou­voir de séduc­tion qui, de con­quêtes en con­quêtes, l’aura mis dans des sit­u­a­tions embar­ras­santes, l’amenant à quit­ter pré­cipi­ta­m­ment plusieurs villes et pays. Igor aura ain­si par­cou­ru régulière­ment le monde en bateau, ce qui explique entre autres la tenue du pianiste qui l’accompagne sur scène. Des clins d’œil à La Croisière s’amuse sont d’ailleurs effectués.

Ivan Gouil­lon s’est créé un per­son­nage hors normes et attachant mal­gré ses excès. Il assure un bel équili­bre entre l’aplomb que doit avoir son per­son­nage et des touch­es d’autodérision. S’il est qua­si­ment seul sur scène, il descend volon­tiers dans la salle afin d’inclure des spec­ta­teurs dans ses aven­tures. L’humour est forte­ment présent mais Ivan Gouil­lon ne plaisante pas avec le chant en reprenant avec élé­gance des stan­dards du jazz, de comédies musicales…ou de séries télévisées. S’il se chamaille régulière­ment avec son pianiste « cap­i­taine de navire » Boris Mange, ils trou­vent un beau ter­rain d’entente au cours des séquences musi­cales. Un spec­ta­cle à recom­man­der pour tout spec­ta­teur ne craig­nant pas de se faire men­er en bateau.

- Publicité -