Normandie, une croisière de première classe

0
110

« Sur le Nor­mandie, mythique et lux­ueux paque­bot de l’en­tre-deux guer­res, une aven­turière, un pas­teur à cla­que­ttes, des mil­liar­daires améri­cains, des filles à mari­er, des marins amoureux et des amoureux tran­sis, les rival­ités de class­es revues par la fan­taisie, la danse et le jazz. Un spec­ta­cle tru­cu­lent, joyeux et vire­voltant. » Telle est l’ac­croche pour ce spec­ta­cle et elle n’est point men­songère. Christophe Miram­beau, avec toute l’é­patante troupe des Friv­o­lités Parisi­ennes, n’a décidé­ment pas son pareil pour exhumer des comédies musi­cales ou opérettes qui ont mar­qué leur époque, soit par leur thème, soit par cer­taines de leurs chan­sons, comme c’est le cas ici avec « Ça vaut mieux que d’attraper la scar­la­tine », pour n’en citer qu’une.

Paul Mis­ra­ki pour la musique, André Hornez pour les paroles et Hen­ri Decoin pour le livret. Ce trio choisit de situer son intrigue sur le célèbre paque­bot qui fit tant rêver. Rien n’est sérieux ici et, pour­tant, cette opérette swing de 1936 en dit beau­coup sur son époque : il est ques­tion bien enten­du de richissimes voyageurs, mais aus­si d’ouvrier pas­sager clan­des­tin par amour, le tout traité avec une cer­taine « friv­o­lité » qui sied si bien à la com­pag­nie qui a décidé de redonner vie à cette œuvre scindée en deux actes, où, bien enten­du, les quipro­qu­os, les chas­sés-croisés, propulsent les dif­férents per­son­nages dans des états sec­onds, la mal­ice des uns jouant sur la naïveté des autres pour le plus grand régal du pub­lic. Dif­fi­cile de résis­ter en effet à ces trou­vailles dans les dia­logues, dans les lyrics, portés par une troupe sen­sa­tion­nelle, chanteurs comme musi­ciens qui sont ici tous à saluer. En out­re, même si la scène de la Nou­velle Ève peut sem­bler exiguë, la mise en scène inven­tive, qui joue sur le let­trage de Nor­mandie et le fait évoluer au fur et à mesure du spec­ta­cle en util­isant les let­tres qui con­vi­en­nent pour désign­er tel lieu, telle sit­u­a­tion, par­ticipe de la réus­site générale. Une reprise est plus que souhaitable !