Vanishing Point (Critique)

0
909

© Patrick Berg­er­con­cep­tion, écri­t­ure, scéno­gra­phie et mise en scène : Marc Lainé
écri­t­ure musi­cale : Les musi­ciens de Moriarty
avec Marie-Sophie Fer­dane (Jo), Sylvie Léonard (Suzanne), Jean-Sébastien Courch­esne (Tom) et les musi­ciens de Mori­ar­ty : Juan Guiller­mo Dumay, Vin­cent Tal­paert et Stephan Zimmerli
son : Mor­gan Conan-Guez
lumières : Kevin Bri­ard et Marie Boëthas
cos­tumes : Elen Ewing
vidéo : Bap­tiste Klein, Benoît Simon
assis­tante à la scéno­gra­phie : Aurélie Lemaignen

Avec Van­ish­ing Point, Marc Lainé pro­longe un tra­vail qu’il a débuté en 2010 autour de la cul­ture pop­u­laire nord-améri­caine et met astu­cieuse­ment en scène un véri­ta­ble périple en voiture à la Ker­ouac. Pour accom­pa­g­n­er ce voy­age ini­ti­a­tique dans le Grand Nord québé­cois, il s’est asso­cié pour la troisième fois aux musi­ciens du groupe Mori­ar­ty. Présents sur scène, ils dis­til­lent leur musique envoû­tante aux notes coun­try, telle une B.O. sur-mesure, com­plétée par la voix pro­fonde de Marie-Sophie Fer­dane, actrice et chanteuse. Une tra­ver­sée musi­cale, entre ciné­ma et théâtre, qui a rem­porté le Prix de la Cri­tique 2014/2015 à décou­vrir au Théâtre de la Croix-Rousse du 7 au 11 février.

Notre avis :

Marc Lainé souhaitait s’attaquer au genre du road trip sur scène et il livre avec Van­ish­ing Point une forme de « road movie » théâ­tral et musi­cal troublant.

Sur un coup de tête, Suzanne a embar­qué dans sa vieille voiture pour un long voy­age dans le Grand Nord québé­cois. Elle prend Tom en stop, qui est lui-même par­ti afin de men­er à bien une quête qua­si obses­sion­nelle. Cette ren­con­tre entre deux indi­vidus qui ne sem­blent a pri­ori pas faits pour partager des moments ensem­ble va pren­dre une tour­nure inat­ten­due. Un troisième per­son­nage, une femme à l’allure mys­térieuse inter­vient, inter­pel­lant régulière­ment Suzanne et Tom – bien inter­prétés par Sylvie Léonard et Jean-Sébastien Courch­esne — ain­si que le public.

Marc Lainé signe une mise en scène qui joue avec le spec­ta­teur en brouil­lant les pistes, notam­ment en explo­rant cer­taines dimen­sions oniriques ou mys­tiques. Mal­gré cer­taines étapes par­fois désta­bil­isantes, le voy­age mérite d’être mené jusqu’au bout afin d’être pleine­ment appré­cié, une fois les pièces du puz­zle rassem­blées. Alors que l’œuvre a un côté som­bre assumé, il demeure étrange­ment envis­age­able de porter un regard «posi­tif» sur les événe­ments décrits. La mise en espace (et en musique) du spec­ta­cle jouent un rôle impor­tant dans ce cadre.

La scéno­gra­phie retenue s’appuie forte­ment sur le huis-clos qui naît au sein de la voiture présente sur scène. Les routes et les paysages du Québec défi­lent sur des vidéos pro­jetées sur deux pan­neaux près du véhicule. Des caméras fil­ment en direct les comé­di­ens, per­me­t­tant de vivre le voy­age de l’intérieur, au plus près des per­son­nages. Le ren­du visuel sur un écran en fond de scène est flu­ide et agréable, faisant oubli­er que le véhicule demeure bel et bien sta­tique en réal­ité. Les lieux par­fois peu attrac­t­ifs où s’arrêtent les per­son­nages sont représen­tés de façon sim­ple mais efficace.

Van­ish­ing Point est l’occasion d’une col­lab­o­ra­tion renou­velée entre Marc Lainé et les musi­ciens du groupe Mori­ar­ty (sans leur chanteuse habituelle). Les musi­ciens ont eu à cœur de créer une « bande orig­i­nale » s’éloignant de leur reg­istre habituel et cette ini­tia­tive est réussie, la musique cad­rant bien avec le for­mat du « road movie ». La comé­di­enne Marie-Sophie Fer­dane, qui incar­ne le troisième per­son­nage, s’intègre bien dans le groupe en y jouant égale­ment le rôle de chanteuse. Ses inter­ven­tions con­tribuent à semer le trou­ble dans une œuvre hybride où route, musique et vidéo s’invitent avec suc­cès sur scène.

- Publicité -