20 ans de REC : les artistes de la 42ème rue du 8 septembre. Juliette Behar

0
198
Juli­ette Behar © Liza Miri

Quelle fut votre première émotion liée à une comédie musi­cale ?
Ma toute première émotion liée à une comédie musi­cale, c’était en 2000, j’avais 6 ans et ma mère m’avait emmené voir Roméo et Juli­ette. Au moment du final, les gens du pub­lic se lev­aient et venaient au bord de scène pour chanter avec les comédiens. Je m’étais précipitée moi aus­si, mais j’étais telle­ment petite que je ne voy­ais rien. Un des comédiens du show m’a alors portée et fait m’asseoir sur la scène jusqu’à la fin du spec­ta­cle. J’avais des étoiles plein les yeux et je me suis dit à ce moment là que quand je serai grande, je voudrais bien faire comme eux…

Pour vous quels sont les ingrédients pour une comédie musi­cale par­faite ?
Une bonne his­toire, des vraies scènes de jeu (donc de bons comédiens, et un bon directeur d’acteur, c’est ESSENTIEL), des chan­sons jouées en live qui font avancer l’histoire, et une héroïne qui a du caractère pour un jour rêver de jouer son rôle !

Vous faîtes par­tie de la génération émergente, quel sens cela a‑t-il pour vous ?
Par­ler de génération émergente induit l’idée de suc­ces­sion. Et ça, c’est chou­ette, car cela veut dire que le musi­cal en France com­mence à pren­dre de l’âge. Qu’il s’installe un peu plus au fur et à mesure dans notre cul­ture. Je suis heureuse également de voir se développer des spec­ta­cles de plus petites formes qui met­tent en avant l’histoire, le jeu, des per­son­nages plus creusés. Je pense notam­ment aux spec­ta­cles par l’équipe Sené, Chante­lauze, Ban­cou, pour lesquels j’ai eu la chance de jouer, mais également aux créations d’Hervé Devold­er, de Raphaël Callan­dreau… Je me sens plus concernée par ce for­mat de spec­ta­cles.

Quel rôle rêvez-vous d’incarner et pourquoi ?
Alors, si le rôle de Evan dans Dear Evan Hansen était trans­posé pour une femme, je rêverais de le jouer. Je trou­ve qu’il y a un vrai tra­vail de com­po­si­tion sur ce per­son­nage, des scènes d’une inten­sité dra­ma­tique incroy­able, et bien sûr, des chan­sons qui me boule­versent. De plus je trou­ve que ce musi­cal abor­de des sujets de société très intéressants et impor­tants. Par­ler de l’impact des réseaux soci­aux, de cette période ingrate qu’est l’adolescence, où l’on peut se retrou­ver très seul et se sen­tir incom­pris … On sort de ce show boule­versé mais plein d’espoir et avec l’envie de regarder autour de soi, de faire un peu plus atten­tion aux autres. Sinon, Mol­ly dans Ghost. J’adore les his­toires d’amour et c’est une des plus belles que je con­naisse. Ce doit être ren­ver­sant à jouer ! Et puis bien sur pour chanter « With you » et « Three Lit­tle Words » qui font par­tie de mes chan­sons de musi­cals préférées. Mais aus­si, Casey dans First Date. J’adore les spec­ta­cles, les livres, ou les films qui par­lent des gens. Juste ça.
La com­plex­ité de l’humain et de ses rela­tions. Et First Date n’est que ça : deux per­son­nes a pri­ori opposées qui se ren­con­trent et vont appren­dre à se con­naitre, à se racon­ter l’un à l’autre. Donc pour l’histoire du show, déjà, je dis OUI ! Puis Casey parce que c’est une femme mod­erne, de caractère, drôle mais touchante, franche, un peu brut de décoffrage ; je peux me retrou­ver dans plusieurs traits de sa per­son­nalité. Enfin, Epo­nine dans Les Misérables parce que ce musi­cal est une légende. Que l’époque à laque­lle il se déroule me fascine, que chaque tableau est un chef d’oeuvre et qu’il se dégage de ce musi­cal une telle force, un tel souf­fle ! Et puis pour le côté « garçon manqué » d’Eponine dans lequel je peux me retrou­ver.

Si vous pou­viez deman­der à un auteur com­pos­i­teur d’écrire un rôle spécialement pour vous, quel serait-il ?
Eh bien, un petit mix de tous les per­son­nages évoqués juste au dessus ! Dans tous les cas je souhaite interpréter des vrais par­cours, des vraies tranch­es de vie qui évoluent, bougent , qui ne soient pas figés ou trop mono­lithiques. Finale­ment, des per­son­nages aus­si mul­ti­ples que n’importe qui peut l’être dans la vie !