B + B = BB

0
921

Les Rendez-Vous d'Ailleurs - 109, rue des Haies - 75020 Paris.
Du 9 février au 19 avril, tous les dimanches à 18h.
Renseignements sur le site du théâtre.

Venez décou­vrir ou bien vous sou­venir de ce que fut le « mythe BB » il y a un demi-siè­cle ! Cécile Beau­doux et Tris­tan Gar­nier, deux artistes com­plets, jouent, chantent et dansent ce duo amoureux, ludique et sub­til. Ils vous offriront des frian­dis­es de comédie, de chan­son, de ciné­ma, de lib­erté, de bon­heur et d’insouciance ! Cette pièce musi­cale, mise en scène par Jean-Marie Lecoq, n’est pas une biogra­phie sur l’icône incon­tourn­able des Trente Glo­rieuses, mais une évo­ca­tion de ses années de gloire en tant qu’actrice, chanteuse, et surtout mythe féminin d’une époque révolue. Vous y décou­vrirez l’autre BB, celle dont le général de Gaulle aurait pu dire : « La France, c’est Brigitte Bar­dot, la tour Eiffel, et bien sûr moi-même. »

Notre avis : Plus de quar­ante ans après son dernier film, la car­rière artis­tique de Brigitte Bar­dot fascine tou­jours. Con­sid­érée ni comme une vraie comé­di­enne ni comme une chanteuse à part entière, Brigitte Bar­dot était surtout, pour le pub­lic, BB, une icône, une star, un sex-sym­bol, elle qui voulait, avant tout, être elle-même. Quand en 1973, elle décide de tout arrêter, pour se con­sacr­er exclu­sive­ment à la défense des ani­maux, aucune propo­si­tion, si lucra­tive soit-elle, ne peut la faire revenir sur sa déci­sion.

Loin du por­trait, ce spec­ta­cle s’apparente plutôt à un hom­mage. Le duo for­mé par Cécile Beau­doux et Tris­tan Gar­nier revient sur vingt ans de car­rière dans le ciné­ma à tra­vers des extraits de films et d’interviews, et surtout, se con­cen­tre sur une pro­duc­tion musi­cale qui, de 1962 à 1973, est loin d’être anec­do­tique.

La con­struc­tion autour du leit­mo­tiv « B + B = BB », décliné tout au long du spec­ta­cle avec dif­férents adjec­tifs ou noms com­mençant par la let­tre B, reste assez con­fuse. La mise en abyme par les deux comé­di­ens qui jouent deux comé­di­ens (Béate et Benoît) qui, eux-mêmes, inter­prè­tent des scènes de films en imi­tant Brigitte Bar­dot et ses parte­naires, peine à nous racon­ter vrai­ment une his­toire. Mais la com­po­si­tion de Cécile Beau­doux est tout à fait con­va­in­cante. Elle tient avec naturel le phrasé si par­ti­c­uli­er de BB. Sa com­plic­ité avec Tris­tan Gar­nier, qui l’accompagne au clavier, à la gui­tare ou au sax­o­phone, et qui lui donne la réplique dans quelques scènes, est évi­dente.

Si le choix des films est assez con­venu (Le Mépris, Et Dieu… créa la femme, Vie privée, La Vérité, L’Ours et la Poupée), le pro­gramme musi­cal sort des sen­tiers bat­tus. Les titres phares « Harley David­son », « Je t’aime… moi non plus » ou « La Madrague » sont seule­ment évo­qués ou détournés, et ce sont des titres comme « Ciel de lit », « Les Hommes endormis » ou « Pas davan­tage » qui sont mis en avant.

Dans les rares moments où elle laisse l’imitation pour chanter avec son pro­pre style, Cécile Beau­doux devient plus touchante et son inter­pré­ta­tion apporte beau­coup. Elle réus­sit, par ce biais, le tour de force de nous cap­tiv­er avec « La Chas­se », com­po­si­tion rel­a­tive­ment con­ster­nante que Brigitte Bar­dot enreg­is­tra excep­tion­nelle­ment en 1982, près de dix ans après ses « adieux » au show­biz.

Avec B + B = BB, le duo présent sur scène ne nous racon­te pas une his­toire, ne nous décrit pas une per­son­ne, mais nous plonge dans une ambiance, une atmo­sphère qui com­porte à la fois du drame, de la légèreté, de l’autodérision, et qui est le reflet d’un phénomène qui mar­qua la France des années 60.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici