Dans les yeux de Jeanne (Critique)

0
318

De : Guil­laume Sorel.
Mise en scène : Juli­ette Bauch­er.
Avec : Apolline Andreys & Guil­laume Sorel.

1985, Jeanne, veuve, con­tin­ue de vivre tant bien que mal. André Raim­bourg, plus con­nu sous le nom de Bourvil, son mari est par­ti depuis 1970. Les sou­venirs, l’amour, les peines, les joies de Jeanne nous trans­portent et nous racon­tent son sou­tien sans faille pour l’homme de sa vie. À tra­vers les musiques qui ont mar­qué le suc­cès de l’éter­nel gen­til, ce spec­ta­cle vous rep­longe dans les airs que tout le monde con­naît sans vrai­ment savoir d’où ils vien­nent !

Notre avis : « Dans les yeux de Jeanne » retrace la vie de Bourvil à tra­vers le regard mélan­col­ique de sa femme. Cette pièce de théâtre musi­cal est à la fois légère et empreinte de poésie du début à la fin. On y décou­vre une his­toire d’amour pleine de douceur et d’humilité, à tra­vers des chan­sons à la fois drôles et pleines de ten­dresse, et qui ont mar­qué la vie de cet artiste incon­tourn­able (telles que « Salade de fruits », ou encore « La ten­dresse », indé­mod­ables).

Guil­laume Sorel, égale­ment auteur du spec­ta­cle, nous pro­pose une inter­pré­ta­tion de Bourvil à la fois juste et sincère, et dévoile un artiste à la fois espiè­gle et poète. Les traits de ressem­blance avec l’artiste don­nent par ailleurs à son jeu un vrai réal­isme qui pro­jette davan­tage le spec­ta­teur dans cette his­toire inspirée de faits réels.

Apolline Andreys, dans le rôle de Jeanne, nous touche droit au cœur avec sa voix mélodieuse et sa sen­si­bil­ité. Elle n’en fait pas trop, est tou­jours dans le vrai, et nous con­vint dès les pre­mières notes avec un jeu d’acteur sai­sis­sant.

La mise en scène de Juli­ette Bauch­er retran­scrit les dif­férentes étapes de la vie de ce cou­ple qui charme le pub­lic à mer­veille dès l’ouverture du rideau, à l’aide d’un jeu de lumières et de cos­tumes dis­cret mais effi­cace. Le for­mat court de cette œuvre rend cepen­dant l’immersion un peu rapi­de, et nous laisse légère­ment sur notre faim. Cette petite fragilité con­statée au niveau de la ryth­mique de la pièce sera sure­ment gom­mée au fur et à mesure des représen­ta­tions. Il n’y a aucun doute que ce spec­ta­cle et ses références musi­cales famil­ières par­leront immé­di­ate­ment aux plus âgés, mais sauront tout autant émou­voir les plus jeunes et intriguer tout spec­ta­teur.