David Eguren, une rentrée bien chargée

0
242
David Eguren

David Eguren, nous vous avions ren­con­tré à l’époque du Roi Lion, quelle trace laisse ce spec­ta­cle en vous et qu’avez-vous fait depuis ?
Le Roi Lion est bien plus qu’un spec­ta­cle, c’est une véri­ta­ble expéri­ence. J’ai eu une chance for­mi­da­ble de par­ticiper à cet événe­ment incroy­able qui laisse une empreinte indélé­bile dans une vie d’artiste. Je pense aus­si que c’est un spec­ta­cle qui a lais­sé son empreinte dans le monde du spec­ta­cle vivant, beau­coup de critères de créa­tion de spec­ta­cle ont évolués en France depuis.

Com­ment s’an­nonce cette ren­trée 2018 ?
La ren­trée 2018 s’annonce pas­sion­nante ! Je tra­vaille en ce moment à la créa­tion d’un spec­ta­cle musi­cal avec Marie-Jo Zarb et Shay Alon dont le thème me tient par­ti­c­ulière­ment à cœur : L’île au tré­sor, l’aventure musi­cale. Un spec­ta­cle plein d’aventure, de rêve de richesse, d’ambition mais aus­si des trahisons et des com­bats. L’histoire est un voy­age à tra­vers les mers truf­fées de pirates mais c’est aus­si et surtout un voy­age ini­ti­a­tique pour Jim, le per­son­nage cen­tral de ce réc­it. Le pro­jet est pas­sion­nant et l’équipe for­mi­da­ble. En par­al­lèle à cette créa­tion nous ouvrons une for­ma­tion pro­fes­sion­nelle et des ate­liers pour artistes pro­fes­sion­nels avec Hélène Buan­nic, la FCM (For­ma­tion Comédie Musi­cale). Une autre aven­ture pas­sion­nante qui répond à une envie de trans­mis­sion que j’ai depuis longtemps. La comédie musi­cale en France a besoin d’un vivi­er d’artistes prêts à inter­préter des rôles qui néces­si­tent d’être excel­lents comé­di­ens, chanteurs et danseurs. Les cloi­sons entre ces trois dis­ci­plines sont en train de tomber mais il y a encore du tra­vail pour accom­pa­g­n­er les artistes et la nou­velle généra­tion d’artistes dans cet univers bien par­ti­c­uli­er qu’est la comédie musi­cale.

Sur quel pro­jet allez-vous tra­vailler ?
Je suis en train de tra­vailler sur quelques pro­jets dont je ne peux hélas pas révéler grand chose pour le moment. Mais j’ai le bon­heur de compter par­mi mes parte­naires de tra­vail des gens comme Ludovic-Alexan­dre Vidal avec qui je col­la­bore pour un livret inspiré d’un mon­stre sacré de la cul­ture française.

Quel regard portez-vous sur l’évo­lu­tion du théâtre musi­cal en France depuis ces dix dernières années ?
La comédie musi­cale a beau­coup évolué ces dix dernières années. Des spec­ta­cles comme Le Roi Lion ont changé les critères de créa­tion des spec­ta­cles mais ils ont égale­ment changé le regard du pub­lic. A l’époque de ce spec­ta­cle, l’intelligence de Stage Enter­tain­ment a été de pro­pos­er un spec­ta­cle musi­cal reprenant un film d’animation avec un angle d’adaptation théâ­trale adulte. Le mes­sage était fort : la comédie musi­cale ne s’adresse pas unique­ment aux enfants, c’est un spec­ta­cle pour toute la famille. Je pense que le pub­lic est en train de le com­pren­dre. Mais il y a beau­coup de propo­si­tions de spec­ta­cles musi­caux de très bonne qual­ité depuis des années en France qui ont été menés par des met­teurs en scène for­mi­da­bles comme Jean-Louis Grin­da, Nico­las Bri­ançon… Avant eux je pense aus­si à Jérôme Savary et d’autres…

Le terme « musi­cal » pour désign­er théâtre musi­cal et comédie musi­cale est entré dans le dic­tio­n­naire. Qu’en pensez-vous ?
Je suis assez partagé sur ce sujet. Dans un sens, cette entrée au dic­tio­n­naire prou­ve que la société porte un nou­veau regard sur ce genre de spec­ta­cle mais en même temps je trou­ve cette dénom­i­na­tion réduc­trice. C’est comme si on voulait faire entr­er l’univers dans un sac à main. Je pense que je préfère utilis­er « musi­cal » comme un qual­i­fi­catif car tout style de spec­ta­cle peut-être musi­cal : une comédie, un drame, un con­te, une fresque his­torique… Vous remar­querez d’ailleurs que dans la présen­ta­tion de L’île au tré­sor nous par­lons d’aventure musi­cale, encore un nou­veau con­cept !

Lien pour L’île au tré­sor, l’aventure musi­cale

Lien pour la FCM