Jean-Luc Guizonne, la passion en étendard

0
624

Jean-Luc Guizonne, que vous avez pu applaudir dans plusieurs productions phares, comme Le Roi Lion et Chicago, a la passion inextinguible. Elle le mène un peu partout dans le monde et ce n'est pas une pandémie qui va l'amoindrir.

Qu’est-ce que cette pandémie a changé pour vous ?
Sur un plan pro­fes­sion­nel, je crois ne pas me tromper en dis­ant que l’industrie du théâtre musi­cal et celui de la cul­ture de manière générale sont les domaines qui ont le plus souf­fert de cette crise san­i­taire. Une crise qui est tou­jours d’actualité. Les plus gross­es pro­duc­tions, notam­ment anglo-sax­onnes (dont j’ai la chance de faire par­tie), de Broad­way à l’An­gleterre, n’ont pas eu d’autres choix que de reporter à plusieurs repris­es la réou­ver­ture des salles. Sur un plan per­son­nel, il a fal­lu s’adapter pour garder intacts cette soif et cet éveil artis­tique. J’en ai égale­ment prof­ité pour con­tin­uer à me for­mer dans mon méti­er. C’est du temps que j’ai pu opti­miser et met­tre à prof­it, chose qu’il m’aurait été impos­si­ble de faire en temps nor­mal.

Vous avez par­ticipé à une vidéo du titre « Cir­cle of Life » extrait du Roi Lion. Racon­tez-nous la genèse de ce pro­jet par­tic­i­patif…
Lorsque Dis­ney m’a présen­té le pro­jet j’ai été immé­di­ate­ment embal­lé. Rien qu’à l’écoute de la bande-son sans les voix, j’avais déjà la chair de poule de la tête aux pieds. L’idée de réu­nir pour la pre­mière fois en 22 ans de longévité du show dix-huit artistes inter­na­tionaux appar­tenant à la troupe afin de propager ce mes­sage d’espoir et d’unité dans sept langues dif­férentes, quoi de plus grat­i­fi­ant, surtout en ce moment où nous en avons telle­ment besoin ? Tech­nique­ment Dis­ney réalise une vraie prouesse en nous faisant tous enreg­istr­er à dis­tance, de chez nous, avec une direc­tion musi­cale tout de même très pré­cise. Nous savions exacte­ment quelle par­tie chanter.… le résul­tat est bluffant. La pre­mière dif­fu­sion le 15 octo­bre 2020 dans l’émission Good Morn­ing Amer­i­ca aux États-Unis mar­quait l’anniversaire des pre­views du show à Broad­way.

Jean-Luc Guizonne dans le rôle de Mufasa © Dis­ney

150 artistes de Chica­go ont par­ticipé à une vidéo pour col­lecter des fonds, quel est votre regard sur ce pro­jet ?
Quoi de plus logique que de se servir de notre art pour lui venir en aide actuelle­ment ? De nom­breux pro­jets car­i­tat­ifs ont vu le jour depuis le début de cette crise. Il est essen­tiel de garder ce con­tact, quand bien même il n’est plus pos­si­ble de l’avoir physique­ment.
De toute l’histoire du théâtre musi­cal, une telle sit­u­a­tion n’a jamais existé, et à l’heure actuelle nous n’avons aucune cer­ti­tude quant à la réou­ver­ture des théâtres. Je resterai sol­idaire de tous les pro­jets pou­vant aider cette grande famille qui souf­fre en silence. La sol­i­dar­ité n’a pas de fron­tière.

Par­lez-nous de vos expéri­ences sur scène à Mogador dans Le Roi Lion et Chica­go. Par ailleurs quels sont pour vous les points sail­lants de votre par­cours, ceux qui vous ont le plus mar­qué ?
Le Roi Lion est une de mes plus belles his­toires d’amour sur scène. En 2007 à Mogador, en don­nant vie au per­son­nage de Mufasa, je suis à mille lieues d’imaginer que ce spec­ta­cle allait tant m’apporter, artis­tique­ment et humaine­ment, me faire voy­ager, encore aujourd’hui en 2020. Je suis extrême­ment recon­nais­sant de pou­voir tou­jours vivre de mon art. En 2018, Chica­go m’a per­mis de pren­dre une autre dimen­sion artis­tique. Être un comé­di­en noir en France n’est pas sim­ple. Et j’étais fier de pou­voir représen­ter cette diver­sité et de mon­tr­er que la couleur de peau n’est pas impor­tante dans un rôle. Quant aux points les plus sail­lants de mon par­cours, j’ai le sen­ti­ment de ne pas les avoir encore atteints… J’ai encore beau­coup de rêves et d’ambitions à l’international. Je suis tou­jours en quête d’objectif… comme Broad­way !

Jean-Luc Guizonne dans le rôle de Bil­ly Fly­nn © Jus­tine Lep­hay

Quels sont vos pro­jets et com­ment envis­agez-vous l’avenir ?
On pour­ra me retrou­ver très prochaine­ment dans le rôle prin­ci­pal d’une web-série, où je porterai à nou­veau un cos­tume d’avocat, mais vous le ver­rez, celui-ci sera encore bien dif­férent de Bil­ly Fly­nn dans Chica­go ! Se pro­jeter sur scène est plus com­plexe. Bien évidem­ment toutes les dates de la tournée du Roi Lion au Roy­aume-Uni ont été reportées ; nous serons donc bien­tôt de retour sur les routes… je l’espère dès le mois de mars. Nous sommes extrême­ment impa­tients de tous nous retrou­ver et surtout de retrou­ver le pub­lic et la scène.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici