Marina Pangos, Simon Heulle, Charlotte Ruby et quelques Moutons Noirs remontent à bord du Titanic

0
1388

Dimanche 14 avril 1912, 23h40… Dans le calme et l’obscurité d’une nuit sans lune, un paquebot poursuit sa traversée inaugurale dans l’Atlantique. Ce navire est surnommé « le vaisseau des rêves ». Réputé insubmersible, le Titanic heurtera pourtant un iceberg et sombrera trois heures plus tard au fond de l’océan…

Tout a déjà été dit, écrit, chan­té sur le fameux naufrage. Tout… ou presque.  Cent dix ans après, il reste tou­jours une source d’inspiration pour les artistes. Par­mi eux, Axel Drhey et la com­pag­nie des Mou­tons Noirs qui présen­teront, dès le 1er juin au Théâtre de la Renais­sance, Titan­ic, la folle tra­ver­sée, un voy­age musi­cal et immer­sif à bord du plus célèbre des paquebots. 

« Cette com­pag­nie, addi­tion de tal­ents, d’imaginaires et de fan­taisies, nous donne la pos­si­bil­ité d’exprimer notre sin­gu­lar­ité et de l’exploiter au mieux. Explor­er ensem­ble la comédie aus­si bien que la tragédie, sans aucune lim­ite ni con­trainte. Revis­iter des grands textes et de grands auteurs, racon­ter ces his­toires avec humil­ité et panache, en y ajoutant nos univers, notre expéri­ence et cette dif­férence qui nous ani­me et nous unit », expliquent les créateurs.

Pour cette nou­velle aven­ture, mêlant comédie, chant et danse, neuf comé­di­ens et trois musi­ciens live se retrou­veront sur scène, autour de l’écriture d’Axel Drhey à qui l’on doit égale­ment l’adaptation de Ruy Blas (plus de 300 dates à ce jour, Prix du jury du Fes­ti­val d’Anjou 2016…).

L’au­teur y revoit, à sa façon, et cor­rige, l’his­toire du paque­bot qui a fait naufrage dans l’océan Atlan­tique. Il en a fait une odyssée élé­gante et déjan­tée où s’entremêlent les intrigues et les per­son­nages, les lieux et les cour­sives. Une comédie déli­rante, loufoque et musi­cale « avec le bateau qui coule quand même à la fin », pré­cise-t-il
« Pour créer cet univers, j’avais envie d’explorer plusieurs inspi­ra­tions et références. En pre­mier lieu, les œuvres de Georges Fey­deau (Un fil à la pat­te, La Dame de chez Maxim’s, Le Din­don), qui sont pour moi l’exemple par­fait du mariage réus­si entre clas­si­cisme et moder­nité. Mais aus­si pour leur mécanique comique implaca­ble et leurs sit­u­a­tions rocam­bo­lesques. Aus­si les films de Wes Ander­son (Grand Budapest Hôtel, La Vie aqua­tique, À bord du Dar­jeel­ing Lim­it­ed) pour leur esthé­tique sur­réal­iste et leurs per­son­nages loufo­ques et hauts en couleur. Mon envie était de m’inspirer de ces univers tout en y appor­tant une nar­ra­tion inno­vante et de nom­breuses par­ties musi­cales afin de pro­pos­er un spec­ta­cle sur­prenant et pluridisciplinaire. »

Le tout sera emmené par la musique d’airs con­nus notam­ment le célèbre « Plus près de toi » (le dernier morceau joué par l’orchestre, paraît-il) mais aus­si par les com­po­si­tions orig­i­nales de Jo Zeug­ma (Le Roi Cym­be­line, mis en scène par Hélène Cinque au Théâtre du Soleil). « L’essentiel de la musique sera joué sur scène. L’orchestration com­pren­dra clar­inette, vio­lon, con­tre­basse, piano, gui­tare, per­cus­sions et, bien sûr, une util­i­sa­tion var­iée des voix des nom­breux comé­di­ens-chanteurs, en chœur ou en chant lead, qu’il s’agisse d’un vrai moment de chan­son ou d’une échap­pée chan­tée à la manière du Bal­lad Opera ou de la comédie musi­cale », indique le compositeur.

Présen­té au Fes­ti­val d’Avignon en juil­let 2021, déjà joué lors de quelques dates parisi­ennes début jan­vi­er, et partout en France, ces derniers mois, Titan­ic, la folle tra­ver­sée sera l’oc­ca­sion de rafraîchir un été que l’on espère chaud !

Titanic, la folle traversée
par la compagnie Les Moutons Noirs
Du 1er juin au 3 septembre 2022. Du mercredi au samedi à 21h, le samedi à 16h30.
Au Théâtre de la Renaissance.
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici