The Wild Party

0
1491

MPAA – Auditorium Saint-Germain – 4, rue Félibien, 75006 Paris.
Du 9 au 13 novembre 2021.
En anglais surtitré en français.

L’ac­tion de The Wild Par­ty se situe dans l’Amérique des années 20 à New York et évoque la péri­ode de la pro­hi­bi­tion, avec les thèmes de la déca­dence, de l’ex­cès et des rela­tions amoureuses tumultueuses voire destruc­tri­ces. La pièce racon­te les affres d’un cou­ple mau­dit, incar­né par deux per­son­nages emblé­ma­tiques : Quee­nie, une artiste de cabaret sur le déclin, et Burrs, un clown alcoolique, vio­lent et per­vers. Leur pas­sion destruc­trice les con­duisant inex­orable­ment vers le point de non-retour attein­dra son parox­ysme à l’oc­ca­sion d’une « fête sauvage » pen­dant laque­lle les deux amants vont ten­ter de sauver leur amour. Dans cette quête dés­espérée, ils crois­eront la route de Kate, amoureuse tran­sie qui ten­tera de con­quérir le cœur de Burrs, et de Black, l’in­con­nu en qui Quee­nie plac­era ses espoirs pour échap­per à Burrs. Les rela­tions ambiguës de ce quatuor vont pré­cip­iter le cou­ple vers une issue fatale au cours d’une fête sauvage.

Notre avis : La com­pag­nie 27 Sav­ille est de retour pour la sec­onde fois avec The Wild Par­ty, la comédie musi­cale d’An­drew Lip­pa. En effet, le col­lec­tif avait déjà présen­té sur scène le musi­cal, alors inédit en France. Si l’œu­vre ne brille pas par la richesse de son livret ni l’o­rig­i­nal­ité de son intrigue, l’exé­cu­tion mérite accla­ma­tion. Le tra­vail de 27 Sav­ille tran­spire un acharne­ment et une esthé­tique soignée – des cos­tumes d’époque resplendis­sants et une direc­tion musi­cale impec­ca­ble. Avec plus de vingt inter­prètes sur scène, la troupe est très con­va­in­cante et trans­porte le spec­ta­teur par son énergie et son unité, ain­si que par ses per­son­nal­ités artis­tiques atyp­iques – on cit­era Mol­ly East­aff, sai­sis­sante de naturel et à la voix explo­sive, et Axel Pri­oton-Alcala, hyp­no­ti­sant dans le rôle de Burrs, à qui on ne peut que con­seiller d’au­di­tion­ner pour une prochaine pro­duc­tion de The Grin­ning Man. Mais la véri­ta­ble star de ce spec­ta­cle est la com­pag­nie, par­faite­ment mise en valeur par des choré­gra­phies à vous pla­quer con­tre votre siège, signées Clé­ment Rop­ers. 27 Sav­ille fait resplendir une fois de plus la comédie musi­cale améri­caine en ver­sion orig­i­nale à Paris, et on espère y décou­vrir ses spec­ta­cles encore pour longtemps !

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici