Annette Dutertre

0
324

Monteuse de tous les films des frères Larrieu, Annette Dutertre s'est occupée de Tralala, leur dernier opus. Rencontre avec une artiste dont le métier, mystérieux pour le grand public, gagne à être connu !

Si je vous dis comédie musicale ?

Je vous réponds : Trois places pour le 26 ! En effet, ce dernier film de Jacques Demy est le pre­mier sur lequel j’ai tra­vail­lé. Par ailleurs, j’ai tou­jours regardé beau­coup de comédies musi­cales ; c’est un monde qui m’enchante et j’aime bien au ciné­ma voir des choses qui me « déca­lent » et ce genre est idéal, il apporte un décalage joyeux au réc­it. J’aime cette mise en musique des paroles, sou­vent très tra­vail­lées, qui font avancer le réc­it. En prime, j’aime bien chanter. En revanche, je n’ai jamais vu de comédie musi­cale sur scène. Je crois que j’aime la dis­tance qu’offre le ciné­ma, qui fait sou­vent oubli­er tout le tra­vail intense qu’exige ce genre. 

Com­ment le tra­vail a‑t-il évolué ?

Dans les comédies musi­cales actuelles, en tout cas pour les trois pour lesquelles j’ai tra­vail­lé, je con­state une vraie envie de se débar­rass­er du sem­piter­nel play­back qui rend la chan­son trop séparée du jeu. Et comme les tech­ni­ciens français sont très forts en son direct, il y a un vrai tra­vail pour le priv­ilégi­er au détri­ment d’un play­back. L’évolution des tech­niques per­met ce tra­vail. Pour Tralala, Olivi­er Mauzevin, l’ingénieur du son, était tout d’abord réti­cent, mais il s’est lancé et a œuvré pour obtenir un excel­lent son direct du chant des acteurs. Sur le plateau, des essais ont été faits avec chaque actrice et chaque acteur. Il a fal­lu jouer avec des appréhen­sions, ras­sur­er, pour libér­er cette créa­tiv­ité nou­velle. Con­traire­ment aux États-Unis, les acteurs ne sont pas for­més à chanter, danser. Cela leur est moins naturel. Mais ils se sont lancés. Le tra­vail du pre­neur de son, for­mi­da­ble, n’a pas été vain ! En effet, dans ce film c’est véri­ta­ble­ment le son direct qui a été priv­ilégié. Cela a eu pour con­séquence de libér­er les actri­ces et acteurs qui ont pu véri­ta­ble­ment jouer leur chanson.

Vous avez donc innové ?

C’est un bien grand mot. Dis­ons que nous défri­chons un peu le ter­rain, c’est très stim­u­lant. Toute l’équipe du son a fait un tra­vail bluffant. Renaud Létang, en charge de la direc­tion musi­cale, a fait de la den­telle, mêlant habile­ment son direct et quelques élé­ments de play­back. Le traite­ment de la voix chan­tée dif­fère totale­ment entre un album, où elle est sou­vent très réver­bérée, et un film. L’approche est toute autre.

La presta­tion de Mélanie Thier­ry est très émouvante.

Mélanie chante très bien, mais elle avait très peur et avait beau­coup tra­vail­lé son play­back. Elle était ras­surée de l’avoir, mais elle s’est lancée en son direct ; le résul­tat est for­mi­da­ble puisque c’est ce direct qui a été gardé en qua­si-inté­gral­ité. Ensuite, c’est un tra­vail de four­mi pour que l’oreille ne se rende pas compte quand on passe du direct au play­back : on y entre et on en sort naturelle­ment. Nous étions très vig­i­lants, avec Renaud Létang, quant à la justesse et au rythme. Je me dis que si Jacques Demy était encore par­mi nous, il serait absol­u­ment émer­veil­lé. Toutes ces évo­lu­tions tech­niques auraient sans doute changé sa manière de faire de la comédie musicale.

Cette tech­nique s’est-elle appliquée au film de Michel Leclerc ?

Le film de Michel Leclerc abor­de les choses un peu dif­férem­ment, ce qui était intéres­sant pour moi. Vous ne trou­verez aucune scène chantée/dansée – son scé­nario ne le néces­si­tait pas. L’intrigue dresse le por­trait d’une chanteuse et d’une jeune femme qui rêve d’épouser ce méti­er. L’histoire est celle d’une transmission. 

Et con­cer­nant les chorégraphies ?

Le film de Noémie Lvovsky est très auda­cieux et ambitieux puisqu’il con­tient de vrais morceaux de comédies musi­cales choré­graphiés et chan­tés. Cela a néces­sité de nom­breuses répéti­tions et une logis­tique impor­tante sur le plateau puisque, là encore, le son direct était priv­ilégié. Le pre­neur de son, Jean-Pierre Duret, a lui aus­si fait un tra­vail extra­or­di­naire. Lors du tour­nage de ces scènes, les musi­ciens, choré­graphes étaient là. Pour évo­quer la musique, c’est le groupe Feu ! Chater­ton qui a com­posé l’intégralité des chan­sons. Le réc­it se déroule durant les années 20, vous serez sur­pris ! Sur Tralala, chaque per­son­nage a son com­pos­i­teur, le défi était donc autre. Les frères Lar­rieu ont don­né des paroles aux com­pos­i­teurs, libres à eux de les adapter pour en faire des chan­sons. Quant à l’approche choré­graphique, elle est ici autre, plus sim­ple d’une cer­taine manière. Les frères Lar­rieu auraient sans doute aimé avoir plus de temps et de bud­get pour ce poste. Mathilde Mon­nier, la choré­graphe du film, a eu cette intel­li­gence d’adapter la danse – le film en com­porte peu – au chant. C’est très réussi.

Abor­de-t-on le mon­tage d’un film musi­cal différemment ?

L’approche n’est pas fon­cière­ment dif­férente puisqu’il s’agit tou­jours de struc­tur­er le réc­it, il est toute­fois plus cadré dans une comédie musi­cale avec les chan­sons. En effet, dans le cas d’un film dia­logué, il est tou­jours pos­si­ble d’enlever un mot par-ci, un soupir par-là pour ren­dre une scène plus tonique par exem­ple. Ce n’est pas pos­si­ble dans une chan­son, en tout cas bien plus com­plexe. Si elle n’est pas bien ficelée, cela peut être com­pliqué. Mais un énorme tra­vail pré­para­toire en amont est indis­pens­able. C’était bien enten­du le cas dans les films de Jacques Demy. Ce qui est très agréable, surtout en péri­ode de pandémie, c’est que tous les matins je pars avec les chan­sons en tête, il m’arrive aus­si de chanter dans la salle de mon­tage ! Cela amène un vrai plaisir, ce qui n’enlève en rien à l’exigence que nous nous devons d’avoir dans le travail.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici