Bond symphonique

0
2879

Le Grand Rex – 1, boulevard Poissonnière, 75002 Paris.
Les 11 et 12 février 2023.
Renseignements et réservations sur le site du Grand Rex et sur la page Facebook du spectacle.
Tournée du 15 février au 2 avril 2023.

Bond sym­phonique est le pre­mier con­cert sym­phonique d’après les thèmes musi­caux et les chan­sons des films de James Bond, inter­prétés par cinquante musi­ciens de l’Orchestre Colonne et Musidra­ma et deux chanteurs.

Lors du con­cert Bond sym­phonique, vous retrou­verez les thèmes les plus con­nus, dont le fameux « James Bond Theme », musique instru­men­tale qui appa­raît dans l’in­tro­duc­tion de tous les films.

Mais aus­si les titres dont la seule évo­ca­tion vous fait tout de suite fre­donner l’air : « Goldfin­ger », « Dia­monds Are For­ev­er », « Gold­en­Eye », « Sky­fall », « Live and Let Die », « Die Anoth­er Day », « The Liv­ing Day­lights », « A View to a Kill », « You Only Live Twice », « Nobody Does It Better »…

Notre avis : Nous étions déjà euphoriques il y a trois ans au même endroit (voir notre avis plus bas dans l’ar­ti­cle 👇) et c’est un nou­veau tri­om­phe. Le mag­nifique orchestre de cinquante musi­ciens jubile vis­i­ble­ment de jouer les sai­sis­santes pages des films du plus célèbre espi­on bri­tan­nique – déjà 61 ans depuis la sor­tie de James Bond con­tre Dr No. Même sans les images, on se prend à revivre inten­sé­ment des pour­suites à ski, des mani­gances spa­tiales ou des épopées sous-marines… et on s’at­tend à voir débar­quer des cin­tres Sean Con­nery, George Lazen­by, Roger Moore ou Daniel Craig – choi­sis­sez celui qui vous plaira.

Prisca Demarez, Samuel Sené, Gwen­dal Mari­moutou ©ReC

Samuel Sené fait bien plus que diriger : il tient le pub­lic en haleine en dis­til­lant anec­dotes savoureuses et secrets de com­po­si­tion, en atti­rant son atten­tion sur tel motif exo­tique ou tel solo d’in­stru­ment, en nous sen­si­bil­isant à l’évo­lu­tion du style musi­cal depuis six décen­nies. C’est un régal d’être éveil­lé à la musique de façon si magistrale.

Et, bien enten­du, on est venu pour les célébris­simes chan­sons des génériques, dont on savoure sans retenue l’in­ter­pré­ta­tion par deux artistes d’ex­cep­tion. Gwen­dal Mari­moutou, qui rem­place Damien Sar­gue vu en 2020, met un peu de temps à vain­cre sa ner­vosité et trou­vera son meilleur dans les pages les plus pop rock, notam­ment dans un « You Know My Name » élec­trisant. Prisca Demarez, peut-être encore plus bluffante qu’il y a trois ans, sou­veraine d’une voix colos­sale, à la fois hiéra­tique et sen­suelle, reprend avec maes­tria les tubes immor­tal­isés par Nan­cy Sina­tra, Shirley Bassey, Car­ly Simon, Tina Turn­er et Adele : « Dia­monds Are For­ev­er », « Goldfin­ger », « Nobody Does It Bet­ter », « Gold­en­Eye » et – on a un gros faible pour – « Sky­fall ». On rêve évidem­ment d’une ver­sion longue avec encore plus de titres – et pourquoi pas une inté­grale des 25 films ?

Prisca Demarez ©ReC

Le con­cert part en tournée dans plusieurs villes de France. Et ren­dez-vous est déjà pris pour l’an prochain : les 14, 15 et 16 mars 2024, Bond sym­phonique sera de retour au Grand Rex. À ne rater sous aucun prétexte.

Notre avis (paru lors des con­certs au Grand Rex en févri­er 2020) : En assis­tant à ces deux soirées excep­tion­nelles, le pub­lic – des bon­dophiles aver­tis mais aus­si des fans de musique de film, des nos­tal­giques du ciné­ma d’es­pi­onnage, des amoureux du con­cert… – ne cachait pas sa gour­man­dise. Celle de venir enten­dre de près et d’en fris­son­ner – magie du spec­ta­cle vivant oblige –,  le fameux thème d’ou­ver­ture et les indé­mod­ables génériques immor­tal­isés par Shirley Bassey, Tina Turn­er, Duran Duran, a‑ha, Paul McCartney…

On pou­vait compter sur Prisca Demarez et Damien Sar­gue pour insuf­fler de nou­veaux et puis­sants accents à ces chan­sons que tout le monde a dans l’or­eille. Lui finit par pren­dre la pleine mesure de sa rock atti­tude en livrant un « You Know My Name » ful­gu­rant. Elle con­voque les icônes aux voix rauques qui l’ont précédée pour se révéler rugis­sante dans « Gold­en­Eye », envoû­tante dans « Dia­monds Are For­ev­er » et absol­u­ment irré­sistible dans « Sky­fall ».

À cette petite dizaine d’in­con­tourn­ables s’en­tremê­lent d’in­tens­es et somptueuses pages orches­trales, moins con­nues, mais qui savent recréer, sans l’aide des images, ces ambiances si typ­iques de l’u­nivers de James Bond. Celles qui nous tien­nent en haleine : les pour­suites à ski, les bal­lets de cap­sules spa­tiales, les com­bats aqua­tiques, cet inquié­tant pétroli­er qui absorbe des bateaux… on s’y croirait ! Mais aus­si le charme et la sen­su­al­ité avec « We Have All the Time in the World », « Licence to Kill », « Mr. Kiss Kiss Bang Bang ».

Surtout que Samuel Sené – grand tri­om­pha­teur de la soirée – se mon­tre impec­ca­ble en maître de céré­monie qui sait charmer son pub­lic. À la tête de cinquante musi­ciens – un orchestre sym­phonique com­plété par une sec­tion ryth­mique – vis­i­ble­ment enjoués, il redonne vie à toute la diver­sité de la fran­chise 007. Pas­sion­nant, un peu à la façon d’un Bern­stein dans les Young Peo­ple’s Con­certs, il explique quelques secrets ingré­di­ents de la com­po­si­tion musi­cale. Pas­sion­né, il prend un plaisir man­i­feste, non sans humour et à tra­vers de tru­cu­lentes anec­dotes, à racon­ter la genèse des morceaux présen­tés et à faire le lien entre les dif­férents com­pos­i­teurs qui ont mis la main à la pâte. John Bar­ry en tête, mais aus­si d’autres venus du monde de la comédie musi­cale, comme Lionel Bart (« From Rus­sia with Love ») et Mar­vin Ham­lisch (« Nobody Does It Bet­ter »), respec­tive­ment con­nus pour Oliv­er! et A Cho­rus Line.

Après les ova­tions nour­ries du pub­lic, le chef con­fie avec mal­ice qu’il a déniché dans l’après-midi la par­ti­tion de la chan­son du prochain opus, No Time to Die, dévoilée seule­ment la veille au monde entier, et, généreuse­ment, il s’in­stalle au piano pour, accom­pa­g­né de deux col­lègues musi­ciens, l’of­frir en bis qua­si impro­visé, met­tant ain­si en transe les spec­ta­teurs. Un événe­ment triomphal.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici