Diana sur Netflix : un nouveau modèle économique pour le musical ?

0
586

Une nouvelle comédie musicale, inspirée de la « princesse des cœurs », sera disponible sur l'incontournable plateforme de diffusion avant de faire ses débuts à Broadway au printemps 2021. Pourquoi ce choix ? Est-il judicieux ?

La fer­me­ture des théâtres de Broad­way depuis le 12 mars pour cause de pandémie de Covid-19 a pour con­séquence une réori­en­ta­tion majeure des moyens de dif­fu­sion cul­turelle. Les pro­jets con­tin­u­ent de fleurir, la créa­tion artis­tique ne s’ar­rête pas mais… le diver­tisse­ment demeure avant tout une indus­trie et doit être absol­u­ment rentable. Puisque le spec­ta­cle vivant est à l’ar­rêt pour encore plusieurs mois et que l’op­tion de lim­iter la jauge des théâtres ne per­met pas de garan­tir un retour sur investisse­ment, c’est la télévi­sion – dis­tan­ci­a­tion physique oblige – qui prend le relais.

Depuis le début du con­fine­ment, on s’est habitué à voir pro­gram­mer sur des chaînes Inter­net comme Broad­way­HD ou YouTube des spec­ta­cles et des con­certs déjà exis­tants, déjà « en cat­a­logue » en quelque sorte. Hamil­ton a ouvert une nou­velle voie sur Dis­ney+ le 3 juil­let dernier, avec la mise en ligne d’un mon­tage de plusieurs cap­ta­tions publiques datant de 2016 des­tiné ini­tiale­ment au grand écran : une solu­tion logique pour con­tin­uer à engranger les béné­fices d’une œuvre exis­tante et qui a déjà prou­vé son suc­cès. Avec l’ar­rivée prochaine de Diana: A New Musi­cal sur Net­flix, une nou­velle étape, sig­ni­fica­tive, s’ap­prête à être franchie ; on bas­cule même dans un tout autre mod­èle économique, qui n’est pas sans risques. Le spec­ta­cle n’a en effet même pas eu le temps d’être présen­té à Broad­way – seules quelques pre­views ont pu être don­nées début mars, la pre­mière au Lon­gacre The­atre aurait dû avoir lieu le 31 mars – et la cap­ta­tion, dont le tour­nage est immi­nent, sera réal­isée sans pub­lic.

D’un côté, on se réjouit que cette dif­fu­sion per­me­tte aux artistes et aux équipes tech­niques de tra­vailler et d’être rémunérés. D’un autre côté, présen­ter à grande échelle un spec­ta­cle incon­nu du grand pub­lic et qui n’a pas eu le temps de trou­ver ses mar­ques sur une scène ne risque-t-il pas de le min­er avant même qu’il n’ait pu exis­ter pleine­ment – surtout que les pre­mières cri­tiques au moment des pre­views étaient plutôt défa­vor­ables ? Une fois que le pub­lic aura vu le spec­ta­cle sur Net­flix, revien­dra-t-il le voir au théâtre ? pas sûr. Ou, au con­traire, la dif­fu­sion sur petit écran va-t-elle sus­citer un engoue­ment, voire engen­dr­er un nou­veau pub­lic qui n’avait pas l’habi­tude de venir au théâtre ? peu vraisem­blable. Les éventuels béné­fices dégagés par Net­flix servi­ront-ils à la pro­duc­tion scénique ? on le souhaite. Si les cri­tiques qu’au­ra reçues la cap­ta­tion sont mau­vais­es, les représen­ta­tions à Broad­way seront-elles main­tenues ? à suiv­re. De toute façon, com­ment prévoir ce que la présence simul­tanée, dans une salle, d’artistes et de spec­ta­teurs – seule rai­son d’être du spec­ta­cle vivant – pour­rait pro­duire d’ad­hé­sion, d’alchimie et de suc­cès ? Les pro­duc­teurs de Diana en sont bien con­scients : « Même si rien ne saurait rem­plac­er le spec­ta­cle vivant, nous sommes hon­orés d’être asso­cié au diver­tisse­ment de qual­ité que Net­flix offre à ses abon­nés dans le monde entier. » Autrement dit, le busi­ness à court terme est pri­or­i­taire, et les con­séquences sur la fréquen­ta­tion des salles seront étudiées lorsqu’elles rou­vriront.

Jean­na de Waal © Matthew Mur­phy

Diana: A New Musi­cal s’in­spire, comme on s’en doute, de la vie de la princesse de Galles, trag­ique­ment dis­parue en 1997. Joe di Pietro (livret et paroles) et David Bryan (musiques et paroles) se retrou­vent après avoir col­laboré pour Mem­phis, qui leur a valu trois Tony Awards en 2010. Aux côtés de Jean­na de Waal dans le rôle-titre, la dis­tri­b­u­tion com­prend Roe Har­trampf (Prince Charles), Erin Davie (Camil­la Park­er Bowles), ain­si que la fan­tas­tique et infati­ga­ble Judy Kaye (Eliz­a­beth II).

Aucune date pré­cise de dif­fu­sion sur Net­flix n’a été, à ce jour, com­mu­niquée ; il est seule­ment annon­cé : au début de l’an­née 2021, tan­dis que la pre­mière du spec­ta­cle est pro­gram­mée le 25 mai 2021 au Lon­gacre The­atre. En atten­dant, on pour­ra aller vis­iter le site offi­ciel du show ou se faire une idée de l’u­nivers musi­cal du spec­ta­cle – dont on ne sait plus s’il est encore sous-titré A True Musi­cal Sto­ry – avec deux chan­sons déjà disponibles, « If » et « Under­sti­mat­ed » :

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici