Hepta, le grand voyage du Petit Homme

1
1946

Essaïon – 6, rue Pierre-au-Lard, 75004 Paris.
Du 4 mai au 16 juin 2024.
Samedi, dimanche et jours fériés à 16h. Les mercredis à 14h20 ou 16h
Renseignements et réservations sur le site du théâtre.

Un con­te drôle et émou­vant qui illu­min­era le cœur des petits et réveillera celui des grands.

Dans un monde sans lumière, Astraïa, étoile asth­ma­tique tombée du ciel, vient souf­fler au Petit Homme la Grande Prophétie : il doit sauver la vie sur Terre en y ramenant le Soleil. Rien que ça !

Accom­pa­g­né d’Arkans, son nou­v­el ami à plumes, parvien­dra-t-il à accom­plir sa destinée ?

Notre avis : Dans un monde que l’on devine post-apoc­a­lyp­tique, la terre est livrée aux ténèbres. Astraïa, l’étoile tombée du ciel, con­fie au Petit Homme la mis­sion d’une vie : ramen­er le Soleil sur Terre.

Dans un décor médié­val adéquat – vieilles pier­res et pla­fond vouté typ­iques de l’Essaïon – réson­nent les pre­mières notes d’une mélodie mag­ique, propul­sant instan­ta­né­ment le pub­lic hors des murs du petit théâtre. Com­mence alors une épopée hale­tante aux mul­ti­ples péripéties vers la quête de la lumière disparue.

Étrange­ment, tout est solaire sur ce plateau, l’étincelle dans les yeux du nar­ra­teur qui accroche le regard de cha­cun, sa prestance à se gliss­er dans la peau de cha­cun des per­son­nages pit­toresques et flam­boy­ants qu’il a imag­inés, jusqu’à la douceur des chan­sons qu’on aimerait d’ailleurs voir se prolonger.

Entre con­te philosophique et par­cours ini­ti­a­tique, Adrien Biry-Vicente, auteur et con­teur de cette aven­ture rocam­bo­lesque, manie le verbe avec une aisance gra­cieuse et une gestuelle aéri­enne, prê­tant sa voix riche­ment mod­ulée à cha­cun des protagonistes.

Le rythme est flu­ide et soutenu, la plume d’Adrien ciselée, les mots soigneuse­ment choi­sis et, si l’écriture peut sem­bler par­fois un peu trop dense, elle con­tribue néan­moins à garder le spec­ta­teur en haleine, un peu comme on tiendrait la main d’un ami le temps d’un voy­age mouvementé.

Adrien inter­prète et défend généreuse­ment son his­toire, égrenant ici et là de jolis mes­sages human­istes et de sub­tiles touch­es d’humour, le tout entre­coupé de belles paus­es musi­cales écrites et chan­tées par un artiste décidé­ment ultra-complet.

Sans divul­gâch­er la fin de ce beau réc­it, on peut d’ores et déjà dévoil­er que son auteur ramèn­era la lumière dans nos cœurs, ravi­vant ain­si la flamme d’une enfance qui brille encore en cha­cun d’entre nous. On l’aura com­pris, ce Petit Homme a tout d’un grand !

-Publicité-

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici