Je suis vous tous (qui m’écoutez)

0
539

Théâtre de la Croix-Rousse - Place Joannès-Ambre - 69004 Lyon.
Du 29 septembre au 3 octobre 2020. À 20h, sauf le samedi 3 octobre (19h30).
Renseignements et réservations sur le site du Théâtre de la Croix-Rousse.

La ren­con­tre entre deux femmes excep­tion­nelles, inter­prétée en musique et en chan­sons par le comé­di­en-chanteur Jacques Verzi­er et le pianiste-comé­di­en Patrick Laviosa.

En 1968, dans tout l’éclat de sa quar­an­taine ray­on­nante, Jeanne More­au est pour la pre­mière fois l’invitée de Denise Glaser dans sa célèbre émis­sion télévisée, Dis­co­ra­ma. Elle vient présen­ter la sor­tie prochaine d’un disque con­sacré au Cycle de Clarisse, série de chan­sons cour­tes inspirée du roman d’Elsa Tri­o­let: Les Mani­gances.

Véri­ta­bles haïkus mis en musique par Philippe Gérard sur des textes du poète Guille­vic, ces chan­sons évo­quent la vie, les amours, les rêver­ies, les drames d’une chanteuse…

« On devrait pou­voir chanter des chan­sons d’homme sans qu’on s’en aperçoive, et les hommes, des chan­sons des­tinées aux femmes » , dis­ait Jeanne More­au. Jacques Verzi­er a repris l’idée à son compte. Il est Jeanne. Patrick Laviosa est Denise. À eux deux, ils repren­nent le dia­logue de l’émission et Jacques Verzi­er chante « ces mélodies qui ten­tent avec une déli­catesse rare de percer le mys­tère de l’Actrice, la Chanteuse, la Comé­di­enne » . Autour d’un fau­teuil, d’un piano, d’une gui­tare, ils font revivre la parole unique de Jeanne, l’intimité qui se noue devant les caméras entre ces deux femmes pudiques et bril­lantes. En décalant le genre, ils restituent avec finesse leur esprit et leurs mots, « futiles par­fois, pro­fonds sou­vent, joyeux et spir­ituels tou­jours ».

Notre avis : Je suis vous tous (qui m’é­coutez) retran­scrit la ren­con­tre entre Jeanne More­au et Denise Glaser sur le plateau de la fameuse émis­sion Dis­co­ra­ma à la fin des années 1960. L’émis­sion don­nait alors l’oc­ca­sion de mieux décou­vrir la comé­di­enne-chanteuse et son album Les Chan­sons de Clarisse, inspiré d’un roman d’El­sa Tri­o­let, Les Mani­gances. On retrou­ve dans un cadre intimiste Jeanne More­au, nav­iguant entre le mys­tère qui la car­ac­térise fréquem­ment et une sincérité par­fois sur­prenante, surtout pour l’époque. C’est à la fois la femme et l’artiste qui se livrent, de sa con­cep­tion de la musique ou du ciné­ma à sa vision de l’amour. Les Chan­sons de Clarisse sèment par ailleurs par­fois le trou­ble, le per­son­nage du titre étant égale­ment une artiste.

C’est avec aisance et naturel que Jacques Verzi­er se glisse dans la peau de Jeanne More­au. Face à lui, Patrick Laviosa est Denise Glaser ; doté de tal­ents mul­ti­ples, il passe sans dif­fi­cultés de la comédie au chant, du piano à la gui­tare. On savoure cette ren­con­tre entre deux artistes mas­culins bril­lants incar­nant deux per­son­nages féminins emblé­ma­tiques. Les dia­logues offrent plusieurs moments touchants, savoureux ou cocass­es. Les Chan­sons de Clarisse offrent pour leur part quelques pépites que l’on réé­couterait bien volon­tiers après la représen­ta­tion.

La scéno­gra­phie, dépouil­lée mais élé­gante, s’ap­puie sur des élé­ments et des cos­tumes noir et blanc, comme la télévi­sion des années 1960. Les éclairages appor­tent avec finesse des vari­a­tions dans les tons du spec­ta­cle, en par­ti­c­uli­er dans les tableaux chan­tés. Après avoir été reporté la sai­son dernière pour cause de crise san­i­taire, Je suis vous tous (qui m’é­coutez) con­tribue à lancer sur de bonnes bases cette nou­velle sai­son de théâtre musi­cal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici