La Gardav

0
1290

Sortie nationale le 5 juin 2024. 90 minutes.

À sa sor­tie de prison, Ous­mane retourne dans son quarti­er à Saint-Blaise dans le 20e pour repren­dre le cours de sa vie et réalis­er son rêve, devenir pro­duc­teur de rap. Il pré­pare avec ses amis un clip et demande à Math­ieu, un pote acteur, d’interpréter un polici­er de la BAC pour une séquence du clip. Mais le jour du tour­nage, tout ne va pas se pass­er comme prévu.

Notre avis : Le film est une satire mod­erne dépeignant les rap­ports de la police avec la ban­lieue qui se révèle plutôt réussie dans son ensem­ble. Math­ieu, per­son­nage cen­tral (Thomas Lemoine), n’est autre qu’un acteur – déjà raté – à seule­ment trente ans, mais pos­sé­dant néan­moins un aplomb décon­cer­tant. Il agace tout son entourage : amis , famille, pro­fes­sion­nels du spec­ta­cle dont les audi­tions tour­nent au désas­tre. En résumé, ce garçon est une plaie et une véri­ta­ble tête à claques !

Il décroche cepen­dant un petit rôle dans le clip de son pote Ous­mane (irré­sistible Gaël Tavares) qui se déroule dans une cité. Le tour­nage dérape rapi­de­ment, les ennuis com­men­cent à l’ar­rivée des flics qui ne croient pas une sec­onde à leur ver­sion de l’his­toire. Les fig­u­rants ont d’ailleurs mys­térieuse­ment dis­paru, des armes et des petits sachets de poudre blanche sont retrou­vés dans le cof­fre de la voiture emprun­tée à l’épouse d’un com­père (Eti­enne Ala­ga). En un mot : c’est la cat­a­stro­phe. Tout le monde est embar­qué au poste pour une garde à vue…

Les plus savoureuses scènes du film se situeront dans un com­mis­sari­at minable où de cocass­es fig­ures nous seront mon­trées. Tout d’abord, les jeunes inspecteurs (Pierre Lot­tin et Ben­jamin Baffie) demeureront assez décon­certés par la per­son­nal­ité de ce crétin notoire ; de même, les gar­di­ens qua­si­ment au bord de la crise de nerfs, ain­si que le staff de la police (Lion­nel Asti­er et Alain Bouzigues), n’ar­riveront pas à le désta­bilis­er, lui qui a réponse à tout. Nous pas­sons un agréable moment de détente avec ce film très bon enfant, aux dia­logues ciselés, qui évite tou­jours les pièges de la vul­gar­ité et de la facil­ité. Les gen­tils ne sont pas tou­jours aus­si gen­tils que ça, mais les méchants ne le sont pas trop non plus… C’est somme toute un des charmes du film.

Mélis­sa Izquier­do campe une flic ratée savoureuse ; Hichem Yacoubi et Lot­fi Abdel­li, ain­si que Dim­itri Lemoine, com­plè­tent une dis­tri­b­u­tion judi­cieuse­ment choisie. Un film qui fleure bon un avant-goût de vacances qui, nous l’e­spérons, trou­vera son pub­lic par­mi la jun­gle des longs-métrages qui sor­tent chaque semaine.

-Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici