Le Chanteur

0
470

Théâtre Carré 30 – 12, rue Pizay, 69001 Lyon.
Du vendredi 24 au dimanche 26 mai 2024 (à 20h, sauf le dimanche à 16h).
Réservations sur le site BilletRéduc.

Lucie est seule chez elle et regarde une émis­sion de var­iété. Elle rep­longe des années aupar­a­vant et revit les ren­con­tres qu’elle a fait à l’époque, dont un cer­tain Daniel Bal­avoine et ses proches. Cela nous ramène aux débuts de la car­rière de cet artiste d’ex­cep­tion mais aus­si à l’être au grand cœur qu’il devient et à ses coups de gueule dans les médias.

Notre avis : Le Chanteur retrace de façon romancée le par­cours de Daniel Bal­avoine. Le spec­ta­cle écrit et mis en scène par Mor­gan Eyglunent présente l’homme pub­lic mais égale­ment celui qu’il était dans l’in­tim­ité. Le por­trait est touchant, même s’il n’est pas aisé de repren­dre les chan­sons de Balavoine.

Lucie assiste à une émis­sion de var­iétés qui évoque de grands artistes, dont Daniel Bal­avoine. Émue, Lucie se sou­vient des moments vécus auprès du chanteur… Le spec­ta­teur suit Daniel des années lycée jusqu’aux derniers instants vécus au Mali. Les grandes étapes de sa vie artis­tiques sont retracées, en par­ti­c­uli­er son arrivée dans l’aven­ture Star­ma­nia. Ses coups de gueule lancés en privé ou dans les médias sont égale­ment repris. Cer­tains pro­pos cor­re­spon­dent d’ailleurs à ceux tenus par Daniel Bal­avoine sur les ondes. On appré­cie les clins d’œil aux génériques d’émis­sions télévisées des années 1980, aux ani­ma­teurs et jour­nal­istes de l’époque.

Le spec­ta­cle est joué sur une scène qua­si nue. Un banc est présent qua­si­ment pen­dant tout le spec­ta­cle, faisant par­fois aus­si office de canapé ou de fau­teuil par exem­ple. Ce dépouille­ment colle bien au ton du spec­ta­cle. Guy, un des grands frères de Daniel, est présent sur scène ain­si que des amis dont cer­tains prénoms font par­tie de l’u­nivers musi­cal de Daniel Bal­avoine : Lucie et Angèle. Les his­toires d’ami­tié et d’amour romancées com­plè­tent le por­trait intimiste de l’artiste. Elles s’en­tremê­lent bien, assur­ant des liaisons cohérentes avec les textes de Bal­avoine dont chaque per­son­nage s’empare.

Les per­son­nages sont bien cam­pés par les comé­di­ens, qui ren­dent leurs per­son­nages réels ou imag­i­naires crédi­bles. Ils sem­blent toute­fois être peu habitués à chanter sur scène. Ce point n’est pas réd­hibitoire en soi, mais le réper­toire de Daniel Bal­avoine est semé d’embûches sur le plan vocal. Les voix chan­tées des artistes féminines sem­blent à ce titre plus à l’aise que celles de leurs parte­naires mas­culins, la tes­si­ture de Daniel Bal­avoine étant atyp­ique. Les chan­sons inter­prétées à deux voix sont par­mi les plus agréables.

Le Chanteur est un spec­ta­cle qui per­met de faire renaître sur scène Daniel Bal­avoine pen­dant près d’une heure quar­ante-cinq. Même s’il ne voulait pas être un héros, cet hom­mage qui lui est ren­du est bienvenu.

-Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici