Merrily We Roll Along sur grand écran : un projet fou ?

0
1380

La ten­ta­tion d’adapter pour le grand écran des spec­ta­cles musi­caux à suc­cès est grande chez cer­tains réal­isa­teurs ou pro­duc­teurs de ciné­ma. Rien que dans le réper­toire de Sond­heim, il y a eu notam­ment A Fun­ny Thing Hap­pened on the Way to the Forum, A Lit­tle Night Music, Into the Woods, Sweeney Todd… Et on par­le depuis quelques années de Mer­ri­ly We Roll Along.

Mer­ri­ly We Roll Along, la comédie musi­cale de Stephen Sond­heim, a mis du temps à s’im­pos­er sur scène. Un échec à sa créa­tion en 1981 – seule­ment seize représen­ta­tions –, la pièce a fini par trou­ver son pub­lic et con­naît depuis l’au­tomne dernier un joli suc­cès dans une reprise à l’af­fiche du Hud­son The­atre à New York.

En 2019, la presse annonçait que Richard Lin­klater allait réalis­er une adap­ta­tion de Mer­ri­ly We Roll Along et que le tour­nage se ferait sur le même principe que Boy­hood (2014). Ce film, qui lui a apporté une célébrité mon­di­ale et une pluie de récom­pens­es, a été tourné sur une péri­ode de dix ans, per­me­t­tant ain­si d’in­cor­por­er les effets du pas­sage du temps, aus­si bien physiques que psy­chologiques, sur les acteurs.

Avec Mer­ri­ly We Roll Along, le défi est encore plus grand, puisque le livret s’é­tend sur vingt ans. On suit le des­tin de trois amis bien décidés à percer dans le milieu artis­tique, qui con­nais­sent des hauts et des bas… La par­tic­u­lar­ité de l’œu­vre est que l’his­toire est racon­tée à l’en­vers : au lever de rideau, on décou­vre l’un d’en­tre eux, riche et célèbre com­pos­i­teur et pro­duc­teur ; puis, à chaque scène, on remonte le temps… jusqu’à la fin du spec­ta­cle qui met en scène leur ren­con­tre au sor­tir de l’adolescence.

Pour incar­n­er le trio, ont été choi­sis Ben Platt en Charley Kringas, Beanie Feld­stein en Mary Fly­nn et Paul Mescal en Frank Shep­ard – ce dernier rem­plaçant en 2023 Blake Jen­ner ini­tiale­ment choisi puis évincé après avoir été accusé de vio­lence conjugale.

Beanie Feld­stein avait joué dans Hel­lo, Dol­ly! aux côtés de Bette Midler en 2017 avant de tenir le rôle-titre dans la reprise de Fun­ny Girl au print­emps 2022.

Ben Platt est surtout con­nu pour avoir créé le rôle-titre de Dear Evan Hansen, per­for­mance qui lui a valu le Tony Award du meilleur acteur dans un musi­cal en 2016 ; il était à nou­veau nom­mé en 2023 dans la même caté­gorie pour la reprise du musi­cal Parade.

Paul Mescal est moins con­nu du milieu du musi­cal ; il a été remar­qué dans la mini-série télévisée Nor­mal Peo­ple (2020) puis dans le film After­sun (2022), qui lui a valu une nom­i­na­tion aux Oscars ; en 2023, il rem­por­tait le Lau­rence Olivi­er Award du meilleur acteur pour son inter­pré­ta­tion de Stan­ley Kowal­s­ki dans A Street­car Named Desire ; on l’en­tend chanter dans Car­men, l’adap­ta­tion au ciné­ma du célèbre opéra par le choré­graphe Ben­jamin Millepied.

Mal­lo­ry Bech­tel, présente sur Dear Evan Hansen durant la sai­son 2018–2019, a égale­ment rejoint la distribution.

Le réal­isa­teur Richard Lin­klater tourne actuelle­ment dans les rues de Paris un film en hom­mage à la Nou­velle Vague, en par­ti­c­uli­er autour de la ren­con­tre de Jean-Luc Godard, Jean-Paul Bel­mon­do et Jean Seberg pour À bout de souf­fle.

Puisqu’il nous fau­dra atten­dre vingt ans – serons-nous encore là ? – pour décou­vrir Mer­ri­ly We Roll Along dans une salle obscure – y en aura-t-il encore ? –, prof­i­tons du temps qui passe en réé­coutant « Old Friends », la chan­son-phare de Mer­ri­ly We Roll Along par Daniel Rad­cliffe, Jonathan Groff et Lind­say Mendez :

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici