Récital Neima Naouri, Pablo Campos et Alphonse Cemin

0
1060

Théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet – Square Louis Jouvet, 75009 Paris.
Lundi 3 juin 2024.
Renseignements sur le site du théâtre.

Notre avis : Les Lundis musi­caux au Théâtre de l’Athénée sont bien sou­vent des moments par­ti­c­uliers. Dans ce mag­nifique « petit » théâtre, nous avons tou­jours un peu l’impression d’assister, en priv­ilégiés, à un con­cert en toute intim­ité, une date unique. Celui de ce lun­di 3 juin était un de ceux-là.

Neima Naouri et Pablo Cam­pos ont con­stru­it un mag­nifique réc­i­tal autour de l’œuvre de Stephen Sond­heim. Ces deux chanteurs se sont ren­con­trés grâce au Key­stone Big Band pour une pro­duc­tion de West Side Sto­ry. C’était donc tout naturelle­ment avec un med­ley de cette œuvre que s’ouvre le con­cert. Immé­di­ate­ment nous sommes séduits par les deux inter­prètes et leur com­plic­ité. Ils vont dérouler, pour notre plus grand bon­heur, un pro­gramme com­posé des plus belles pages écrites par « Dieu », comme le surnomme les fans du com­pos­i­teur, accom­pa­g­nés au piano par Alphonse Cemin.

La dernière appari­tion de Neima Naouri à Paris était dans la pro­duc­tion de A Fun­ny Thing Hap­pened on the Way to the Forum au Lido 2 Paris cet hiv­er. Sur la scène de l’Athénée, elle retrou­ve donc le com­pos­i­teur et peut ain­si laiss­er libre cours à son tal­ent. Elle est tour à tour émou­vante (« Not a Day Goes By »), bril­lante (« Not Get­ting Mar­ried Today ») ou comique (med­ley de Sweeney Todd). Son parte­naire, Pablo Cam­pos, pianiste et chanteur de jazz, est lui aus­si mer­veilleux dans ce réper­toire. Sa sil­hou­ette élé­gante et sa belle voix de bary­ton nous séduisent dès les pre­mières notes de « Someting’s Com­ing » (West side sto­ry). La com­plic­ité des deux chanteurs est évi­dente dans les duos (« Tonight », « Hel­lo, Lit­tle Girl » ou les extraits de Sweeney Todd).

Une très belle soirée pour les amoureux de Stephen Sond­heim et une excel­lente occa­sion de décou­vrir son œuvre pour ceux qui ne le con­nais­saient pas, d’autant que les paroles des chan­sons étaient sur­titrées en français.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici