Terrence McNally s’en est allé

0
106

Les auteurs de livrets sont souvent moins connus du grand public que les paroliers et les compositeurs. Leur rôle n’en est pas moins fondamental. Broadway vient de perdre un géant, Terrence McNally, des suites de complications liées au Covid-19 à l’âge de 81 ans.

Son travail est loin de se réduire à la comédie musicale, puisque ce dramaturge a écrit nombre de pièces parmi lesquelles, pour citer les plus connues, figurent : Master Class, consacré aux cours donnés à de jeunes interprètes par Maria Callas, pièce qui a fait le tour du monde ; Frankie and Johnny in the Clair de Lune, et Love! Valour! Compassion!, qui marque son aptitude à faire avancer la cause LGBT dans les consciences. Notons également que cet activiste fervent s’attira les foudres de catholiques un rien sourcilleux avec sa pièce Corpus Christi, qui a pour particularité de présenter Jésus et les apôtres comme… des gays texans.

Dans le domaine de la comédie musicale, si les deux œuvres les plus connues pour lesquelles il a écrit le livret sont sans aucun doute Kiss of the Spider Woman et Ragtime, il a participé à d’autres spectacles comme Here’s Where I Belong, une adaptation musicale coécrite avec Alex Gordon d’À l’est d’Éden… qui fut un flop retentissant. The Rink (1984) fut la tentative étonnante d’un musical court explorant les relations compliquées entre une mère et sa fille, interprétées par Chita Rivera (la première Anita de West Side Story) et Liza Minnelli. Avec la même équipe musicale — Kander & Ebb et Chita Rivera — qui ne cessera de croiser sa route, il écrit en 1993 le livret de Kiss of the Spider Woman, un musical d’après le roman de Manuel Puig et le film éponyme d’Hector Babenco… ce qui lui vaut son premier Tony Award. Il en remporte un autre en 1997 avec l’adaptation d’un succès de la littérature américaine, Ragtime de E.L. Doctorow — qui a inspiré également le film de Milos Forman. Ce sera un triomphe encore plus grand. Par la suite, il adapte le scénario de The Full Monty (2000) ; offre à Chita Rivera un écrin idéal pour sa revue autobiographique, Chita Rivera : The Dancer’s Life, en 2005 ; et collaborera une ultime fois avec le trio Kander & Ebb & Rivera pour The Visit, qui fut produit en 2015 à Broadway. Familier de l’adaptation de scénarios, en 2002 il adapte A Man of No Importance (un spectacle off-Broadway) et écrit le livret pour Catch Me If You Can en 2011. Anastasia en 2017 sera son ultime participation à une comédie musicale. Il reçoit en 2019 un Tony Award pour l’ensemble de son œuvre.

En plus du théâtre et du musical, il a écrit pour l’opéra, genre qu’il affectionnait depuis que, adolescent, il avait entendu Maria Callas à la radio. Il a notamment collaboré à plusieurs reprises avec le compositeur Jake Heggie, dont il a signé en 2000 le livret de Dead Man Walking, une œuvre déchirante qui raconte les dernières heures d’un condamné à mort soutenu par une religieuse.

Chita Rivera raconte la création de Kiss of the Spider Woman, onze minutes en anglais avec de nombreux intervenants :


Le Baiser de la femme araignée, dans l’adaptation de Stéphane Laporte :


Un extrait de Dead Man Walking :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici