The Pajama Game (Critique)

0
435

Egale­ment au
Théâtre de La Renais­sance — Oullins (69)
Du 12 au 14 décem­bre 2019
A 20h, sauf le same­di à 19h

Livret : George Abbott et Richard Bis­sell.
D’après le roman 7 1/2 Cents de Richard Bis­sell.
Musique et chan­sons : Richard Adler et Jer­ry Ross.
Direc­tion musi­cale, arrange­ments et per­cus­sions : Gérard Lecointe.
Mise en scène : Jean Lacorner­ie et Raphaël Cot­tin.
Avec Dalia Con­stan­tin, Mar­i­anne Devos, Marie Glo­rieux, Vin­cent Heden, Pierre Lecomte, Mathilde Lemon­nier, Alex­is Méri­aux, Amélie Munier, Zacharie Saal, Cloé Hor­ry, Sébastien Jaudon (piano) et Daniel Romero (con­tre­basse).
Scéno­gra­phie : Marc Lainé et Stephan Zim­mer­li.
Lumières : David Debri­nay.
Cos­tumes : Mar­i­on Benagès.

Pro­duc­tion : Opéra de Lyon, Théâtre de la Croix-Rousse (Lyon), Théâtre de La Renais­sance (Oullins Lyon-Métro­pole), Angers Nantes Opéra.
The Paja­ma Game est présen­té en accord avec Music The­atre Inter­na­tion­al (Europe) (www.mtishows.eu) et l’Agence Dra­ma – Paris (www.dramaparis.com).

Une comédie musi­cale sur un con­flit social ? Avec des ouvrières prêtes à mon­ter au créneau pour défendre leurs intérêts ? Mais oui, c’est pos­si­ble et on l’a fait !

The Paja­ma Game se passe dans une usine de con­fec­tion de pyja­mas. Oblig­ées de tra­vailler à un rythme infer­nal, les ouvrières deman­dent une aug­men­ta­tion et, bien sûr, la direc­tion refuse. Mais l’une des meneuses, Babe, est très attirée par le nou­veau directeur qui en pince aus­si pour elle. Une his­toire d’amour impos­si­ble vient alors s’immiscer dans la grève.

Écrite en 1954 en plein mac­carthysme, l’œuvre a rem­porté trois Tony Awards et a été très vite adap­tée au ciné­ma par Stan­ley Donen avec Doris Day. Les deux jeunes com­pos­i­teurs, Jer­ry Ross et Richard Adler n’ont pas hésité à com­bin­er deux élé­ments tra­di­tion­nelle­ment opposés à Broad­way : le comique avec le mélodique, mais aus­si un sujet tabou (lutte des class­es, grève, con­flit social) avec une touche de « romance ». Et voilà les objec­tifs de pro­duc­tion de l’entreprise mis en musique, les rap­ports de class­es choré­graphiés et les ambi­tions per­son­nelles chan­tées à tue-tête dans le grand style jazzy des années cinquante.

Jean Lacorner­ie et le choré­graphe Raphaël Cot­tin, avec Gérard Lecointe à la direc­tion musi­cale, ont choisi cette œuvre pour faire le por­trait d’un groupe de jeunes femmes prêtes, déjà, à ren­vers­er la hiérar­chie sociale et la dom­i­na­tion mas­cu­line. Dans une bonne humeur com­mu­nica­tive !

Notre avis : Après West Side Sto­ry (en ver­sion con­cert) et Bells Are Ring­ing, Jean Lacorner­ie et Gérard Lecointe souhaitaient à nou­veau col­la­bor­er sur une œuvre de Broad­way. Leur choix s’est porté sur The Paja­ma Game, rel­a­tive­ment mécon­nue en France mal­gré la ver­sion ciné­matographique avec Doris Day coréal­isée par Stan­ley Donen et George Abbott. Leur vision de l’œuvre les a amenés à accorder une place par­ti­c­ulière à la danse. À ce titre, le danseur-choré­graphe Raphaël Cot­tin cosigne la mise en scène avec Jean Lacorner­ie.

The Paja­ma Game se déroule sur fond de con­flit social dans une usine de con­fec­tion de pyja­mas. Alors que le pro­jet artis­tique a été lancé il y a plusieurs années, les pre­mières représen­ta­tions ont lieu dans le con­texte d’une actu­al­ité brûlante. Heureuse­ment, le livret écrit par George Abbott et Richard Bis­sell est empreint d’humour et se con­clut par un « hap­py end ». L’his­toire d’amour qui unit Babe, une ouvrière syn­di­cal­iste, et Syd, son nou­veau directeur exé­cu­tif, en pleine péri­ode de ten­sions au sein de l’en­tre­prise, ne sera donc pas un nou­veau Roméo et Juli­ette !

The Paja­ma Game pro­cure un véri­ta­ble plaisir pour les yeux et les oreilles. Le bleu de tra­vail habituel des ouvri­ers et ouvrières est décliné en dif­férents col­oris, tout comme les per­ruques. De grands pan­neaux mobiles per­me­t­tent d’isol­er régulière­ment une par­tie de la scène afin de se pro­jeter hors des ate­liers de l’u­sine. Des ombres chi­nois­es sont exploitées à bon escient dans des scènes intimistes, per­me­t­tant notam­ment à Syd de se livr­er à un très beau duo par­lé et chan­té avec lui-même ! Les inter­ven­tions de la voix du Big Boss de l’en­tre­prise omniprésent et dés­in­car­né ne sont pas sans évo­quer celle d’un Big Broth­er.

La par­ti­tion écrite par Richard Adler et Jer­ry Ross est revis­itée avec bon­heur par Gérard Lecointe. L’an­cien directeur artis­tique des Per­cus­sions Claviers de Lyon se trou­ve pour­tant dans une con­fig­u­ra­tion inhab­ituelle, les comé­di­ens-chanteurs jouant cha­cun d’un instru­ment. La mise en scène et l’orches­tra­tion doivent donc tenir compte de cette sit­u­a­tion, mais l’ensem­ble de la troupe s’adapte habile­ment. Un trio aux allures jazzy (piano, per­cus­sions, con­tre­basse) sou­tient solide­ment les comé­di­ens qui peu­vent démon­tr­er égale­ment des tal­ents appré­cia­bles de danseurs. La mise en scène offre véri­ta­ble­ment la pos­si­bil­ité aux artistes de pass­er d’une dis­ci­pline à l’autre à tout instant avec aisance et naturel.

La dis­tri­b­u­tion du spec­ta­cle est de qual­ité. Le duo d’amoureux for­mé par Dalia Con­stan­tin et Vin­cent Heden est par­fait, tant dans les scènes de comédie que de chant. On prend un réel plaisir à (re)découvrir avec leurs vis­ages et leurs voix plusieurs clas­siques extraits de la par­ti­tion. Les autres mem­bres de la troupe ne sont pas en reste. Amélie Munier a notam­ment le priv­ilège de pou­voir se lâch­er sur le déjan­té tan­go « Her­nan­do’s Hide­way ». Ce tableau est une réus­site, notam­ment grâce à la ges­tion de l’e­space et des éclairages, les autres artistes inter­venant et se déplaçant entre jeux d’ombres et lumières. Plus glob­ale­ment, cette flu­id­ité dans les déplace­ments sur scène, de la comédie à la danse, en pas­sant par la ges­tion des décors, est remar­quable.

The Paja­ma Game s’an­nonçait comme un des grands événe­ments dans la sai­son des musi­cals. Il répond aux attentes fondées et les spec­ta­teurs français ont bel et bien droit à une « dream team » pour The Paja­ma Game !

The Paja­ma Game — Bande annonce

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici