Anything Goes

0
2170

Cours Florent – 44, rue Archereau, 75019 Paris.
Les 15, 18, 21, 23, 26 et 29 mai, et le 1er juin 2024.
Entrée gratuite, réservation obligatoire à anythinggoes.cfcm@gmail.com

Notre avis : La classe de comédie musi­cale du Cours Flo­rent pro­pose cette année, pour les présen­ta­tions de fin d’atelier, deux comédies musi­cales : un clas­sique de Broad­way et du West End (Any­thing Goes) et une œuvre con­tem­po­raine couron­née de suc­cès (Dear Evan Hansen). Aucune des deux n’avait à ce jour été présen­tée en France. Cette dou­ble ini­tia­tive (et qui plus est dans des tra­duc­tions français­es de Mélis­sa Braizet, Mael Burnouf, Marie Marceron et Alix Petit­genet) est à saluer !

Any­thing Goes est une comédie musi­cale de Cole Porter, Guy Bolton et P.G. Wode­house créée en 1934 avec en tête de dis­tri­b­u­tion Ethel Mer­man. Elle a été reprise de nom­breuses fois avec, entre autres, Elaine Page, Pat­ti LuPone, Sut­ton Fos­ter, John Bar­row­man, Joel Grey…

Any­thing Goes est une véri­ta­ble comédie pen­dant laque­lle on voit un courtier, Bil­ly, qui s’embarque clan­des­tine­ment sur un bateau de croisière sur lequel sont égale­ment mon­tés toute une galerie de per­son­nages : son patron Elisha J. Whit­ney ; Reno, une amie anci­enne chanteuse de cabaret ; Hope Har­court, une riche héri­tière, et sa mère ; Sir Eve­lyn Oak­leigh, fils ainé d’un lord ; Moon­face Mar­tin, un gang­ster de sec­onde zone, et son amie Bon­nie, tous les deux trav­es­tis en ecclési­as­tiques ; et un véri­ta­ble évêque… Après un chan­tage far­felu, des déguise­ments ridicules et un enchaîne­ment de quipro­qu­os, tout se ter­min­era avec deux mariages salués par un équipage de marins chanteurs et danseurs !

Avec une mise en scène flu­ide et inven­tive à base de prat­i­ca­bles déplacés avec maes­tria par la troupe pour créer les dif­férents lieux, les élèves comédien·ne·s‑chanteur·se·s ont l’occasion de mon­tr­er tous leur tal­ents. Pour des raisons péd­a­gogiques, le rôle de Reno est dis­tribué à deux élèves dif­férentes (Luna Bernard et Amélie Osso le jour de notre venue). Le pas­sage se fait de façon flu­ide et donne l’occasion de com­par­er deux visions du rôle car les inter­pré­ta­tions sont – bien évide­ment – dif­férentes et c’est intéres­sant. Le reste de la dis­tri­b­u­tion entoure for­mi­da­ble­ment ces deux comé­di­ennes. L’énergie de tou·te·s est admirable et on oublie facile­ment que c’est une présen­ta­tion d’élèves tant le pro­fes­sion­nal­isme est déjà à soulign­er. C’est sans aucun doute grâce au tra­vail for­mi­da­ble des professeur·e·s : Alexan­dre Faitrouni (mise en scène), San­drine Seu­bille, Emmanuel Dahl et Niko­la Takov (tra­vail vocal), Car­ole Def­fit (inter­pré­ta­tion), Clara Bélénus, Pas­cale Brud­er­er, Adrien Mor­net et Cos­tel Surbeck (choré­gra­phies).

Si vous avez eu la chance d’assister aux deux spec­ta­cles présen­tés cette année, les deux gen­res dif­férents per­me­t­tent à certain·e·s- jeunes comédien·ne·s de mon­tr­er leur aisance sur scène quel que soit le style de la comédie musi­cale, en assur­ant et assumant cha­cun des per­son­nages. Le manque de garçons dans les effec­tifs fait que par­fois les rôles sont « dé-gen­rés », ce qui ne pose aucun prob­lème – bien au con­traire, puisque cela per­met à cer­taines de faire des com­po­si­tions amu­santes et remarquables.

En sor­tant de ces présen­ta­tions, nous sommes heureux de voir que la scène française de la comédie musi­cale a de nom­breux jeunes artistes prêts à inté­gr­er la profession.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici