Canada — The Phantom of The Opera (Critique)

0
232
Der­rick Davis et Eva Tavares dans la tournée nationale du Phan­tom of the Opera © Matthew Mur­phy

Musique : Andrew Lloyd Web­ber
Parole : Charles Hart et Richard Stil­goe
Livret : Richard Stil­goe et Andrew Lloyd Web­ber
Orches­tra­tions : David Cullen
Mise en scène : Lau­rence Con­nor
Choré­gra­phies : Scott Ambler
Décors : Paul Brown
Cos­tumes : Maria Bjorn­son
Éclairages : Paule Con­sta­ble
Son : Mick Pot­ter

Dis­tri­b­u­tion :
Der­rick Davis (Phan­tom)
Eva Tavares (Chris­tine Daaé)
Jor­dan Craig (Raoul, Vicomte de Chag­ny)
Trista Moldovan (Car­lot­ta Giu­di­cel­li)
David Benoit (Mon­sieur Firmin)
Edward Stau­den­may­er (Mon­sieur André)
Kristie Dale Sanders (Madame Giry)
Phumzile Sojo­la (Ubal­do Pian­gi)
Emi­ly Ramirez (Meg Giry)
Emma Grim­s­ley (Princess)
Mark Emer­son (Auc­tion­eer)
Con­stan­tine Pap­pas (Porter, u/s Raoul)
Jay Lus­teck (Mon­sieur LeFévre, Firechief)
Robert Antho­ny Jones (Mon­sieur Rey­er)
Vic­tor Wal­lace (Joseph Buquet)
Tynan Davis (Wardrobe Mis­tress)
Jor­dan Ensign (Princess)
Sarah Moss­man (Wild­woman)
Ted Keen­er (Slave Mas­ter)
Adam Rodgers (Slave Mas­ter)
Stephen Mitchell Brown (Jew­el­er, Pas­sari­no)
Car­men Vass (Madame Firmin, Con­fi­dante)
Travis Tay­lor (Hair­dress­er)
Adam Bashi­an (Don Attilio)
Herb Porter (Police­man in Pit)

Corps de Bal­let :
Abi­gail Mentzer, Lily Rose Peck, Ally Tay­lor Sacks, McKen­na Birm­ing­ham, Julie Eich­er, Daniela Fil­ip­pone.

Swing :
Edward Juvi­er, Daniel­la Dal­li, Dan Deben­port, Sarah DeBi­ase, Jes­si­ca Wag­n­er, Adryan Moore­field, Tara Sweeney.

Notre avis :
Adap­té du roman éponyme de Gas­ton Ler­oux, The Phan­tom of the Opera racon­te l’histoire d’un indi­vidu masqué qui se cache dans le sous-sol de l’Opéra de Paris et ter­rorise tous ceux qui le fréquentent. Il tombe folle­ment amoureux d’une jeune sopra­no, Chris­tine, et décide de faire d’elle la nou­velle chanteuse vedette.

La troupe du Phan­tom of the Opera dans le numéro « Mas­ca­rade » © Alas­tair Muir

Le pub­lic mon­tréalais était impa­tient de retrou­ver The Phan­tom of the Opera, après une absence de plus de 25 ans. Une attente large­ment récom­pen­sée. Cette nou­velle pro­duc­tion est tout à fait grandiose. Il est rare qu’un spec­ta­cle des­tiné à une tournée soit recréé avec une telle ambi­tion. Et c’est fort dom­mage. De fait, les spec­ta­teurs les plus réfrac­taires aux change­ments y trou­veront leur compte.

La scéno­gra­phie de ce nou­veau Phan­tom est spec­tac­u­laire, flu­ide, et surtout mag­ique, à l’in­star d’une mise en scène enlevée qui mod­ernise le clas­sique sans toute­fois déna­tur­er l’oeu­vre. Sur scène, Eva Tavares (Chris­tine Daaé) porte le spec­ta­cle. Elle est envoû­tante et con­trôle par­faite­ment sa mag­nifique voix. Der­rick Davis offre un Fan­tôme puis­sant aux sonorités coulantes. Au con­traire, le jeune Jor­dan Craig (Raoul) manque de justesse, tant dans la voix et que dans le jeu. Mais cette pro­duc­tion de tournée pos­sède des atouts majeurs : une troupe sub­lime, des choré­gra­phies revis­itées et surtout une mag­nif­i­cence des­tinée à sub­juguer les spec­ta­teurs. Et que dire des dix-sept musi­ciens qui accom­pa­g­nent la troupe ? Ils sont véri­ta­ble­ment l’âme du spec­ta­cle.

The Phan­tom of the Opera est sans con­teste le spec­ta­cle à voir en ce moment à Mon­tréal. Peu de comédies musi­cales de cette enver­gure soulèvent autant d’émotion que celle-ci…