Stomp (Critique)

0
766

Résumé : Un spec­ta­cle joué plus de 20 000 fois à tra­vers le monde et vu par 1 mil­lion de spec­ta­teurs depuis 1996 à Paris : les princes du tem­po annon­cent leur retour toni­tru­ant dans la cap­i­tale ! Les Stom­pers sont choi­sis pour leur forte per­son­nal­ité, cha­cun appor­tant sa touche per­son­nelle au car­ac­tère de la troupe. Sur scène, huit trublions trans­for­ment les objets banals du quo­ti­di­en en véri­ta­ble machine à rythmes. Tuyaux, seaux, bouées, poubelles, bal­ais, éviers, boîtes d’allumettes, … rien ne leur échappe ! Savant mélange de per­cus­sions, théâtre gestuel et comique visuel, les danseurs imposent sur scène une cadence effrénée, lais­sant bouche bée le public.

Notre avis : 

Faut-il les qual­i­fi­er d’athlètes ? De musi­ciens ? De danseurs ? Ou tout sim­ple­ment des trois à la fois ? Les « Stom­pers » sont, en tout cas, des indi­vidus hors du com­mun au tal­ent… hors du com­mun. Pas éton­nant, d’ailleurs, que leur spec­ta­cle tri­om­phe à Paris chaque année depuis plus d’une décen­nie. Leur per­for­mance est unique, iné­galée et incom­pa­ra­ble. Dans une cadence effrénée, ces huit artistes, venus des qua­tre coins du globe, font naitre des rythmes et des tem­pos déchainés à par­tir d’objets les plus sim­ples. Après un « bal­let de bal­ais » ouvrant le spec­ta­cle, c’est un fes­ti­val… qui va crescen­do. Boites d’allumettes, tru­elles, bross­es, poubelles, tuyaux, seaux…  le Roi Midas s’est trou­vé des suc­cesseurs : tout ce que les Stom­pers touchent se trans­for­ment en une mélodie en or ! Val­sant avec leurs objets, dans une pré­ci­sion mil­limétrée, ils offrent avec chaque tableau un con­cert inat­ten­du, mélange de force et de finesse, pour lequel on n’ose imag­in­er les heures de répéti­tions… Drôles, com­plices, et sportifs, ces artistes ont une imag­i­na­tion sans lim­ite, et sous leurs doigts, un jour­nal en papi­er devient instru­ment de musique, un cad­die, une boite à rythme et des casseroles, la plus belle des bat­ter­ies. On ne sait d’ailleurs ce qui est le plus bluffant ; leur dex­térité, leur pré­ci­sion, ou la puis­sance qui se dégage de cha­cune de leurs presta­tions. Tatoués, body­buildés, épuisés, les Stom­pers achèvent leur show par un numéro « visuel et musi­cal » épous­tou­flant où d’une dizaine d’une « Zip­pos » ils com­posent une mélodie de son et de lumière. Tout en finesse. Et bluffant.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Lq_vLwE44ko[/youtube]

- Publicité -