Brève rencontre avec Ladislas Chollat

0
2452

En 2020, avant le confinement, Ladislas Chollat nous confiait son envie de remonter Les Misérables. Ce sera chose faite en novembre prochain au Théâtre du Châtelet.

En marge de la présen­ta­tion à la presse des Mis­érables le 29 avril 2024, nous avons pu échang­er briève­ment avec son met­teur en scène, Stanis­las Chollat.

Nous vous con­nais­sons depuis longtemps comme met­teur en scène de théâtre. Il sem­blerait, en tous cas en France, que vous soyez attiré depuis quelques saisons par le monde musical.…
La musique a tou­jours représen­té un élé­ment impor­tant dans ma vie et trou­vé sa place dans mes mis­es en scène de théâtre. Elle est tou­jours pen­sée en amont, jamais insérée au dernier moment. Effec­tive­ment Les Mis­érables qui sera ma qua­trième mise en scène musi­cale (après Résiste, Oliv­er Twist et Molière) con­stitue un événe­ment impor­tant et pas­sion­nant dans ma car­rière par l’am­pleur de l’en­tre­prise. Le spec­ta­cle Molière m’a demandé un fort investisse­ment de temps cette année. J’af­fec­tionne beau­coup la comédie musi­cale ; j’avais aupar­a­vant mis en scène des spec­ta­cles de Julien Clerc, dont par ailleurs j’avais pro­jeté de faire un show dans le style de Résiste con­sacré à son réper­toire. Hélas le pro­jet n’a pas abouti…

Vous nous con­firmez que vous êtes avant tout investi dans un pro­jet artis­tique par la direc­tion d’acteurs ?
Tout à fait, et c’est pour cela que les prin­ci­paux élé­ments de mise en scène doivent être réglés en amont pour que je puisse m’y con­sacr­er totale­ment au démar­rage des répéti­tions. Je pense à Oliv­er Twist qui représente le par­fait exem­ple d’un vrai jeu dra­ma­tique et théâ­tral… avec de la musique!

Vous sem­blez au théâtre puis­er dans un réper­toire exis­tant plutôt que mon­ter de nou­veaux textes.
J’ai en effet mis en scène deux pièces du réper­toire de l’au­teur anglais Alan Ayck­bourn tout récem­ment, L’Amour chez les autres et Une sit­u­a­tion déli­cate, qui juste­ment fait la part belle au rythme sans faille que doivent trou­ver les comé­di­ens. Je reviens d’un long séjour du Japon où j’ai mon­té deux pièces de Flo­ri­an Zeller, dont La Mère, auteur pour lequel j’ai énor­mé­ment d’admiration.

Un jeune auteur dont on n’a pas vu de nou­velles pièces depuis un cer­tain temps…
(rires)… Atten­dez, ça va venir !

Une con­clu­sion à ce trop bref entretien ?
Le temps hélas manque cru­elle­ment pour lire et décou­vrir de nou­veaux textes… Jon­gler entre vie pro­fes­sion­nelle et per­son­nelle est un exer­ci­ce de style. Je ne souhaite en tout cas pas sac­ri­fi­er la sec­onde qui m’est trop précieuse.

-Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici