20 ans de REC : les artistes de la 42ème rue du 8 septembre. Doryan Ben

0
426
Doryan Ben © DR

Quelle fut votre pre­mière émo­tion, ou votre plus grande émo­tion liée à une comédie musi­cale ?
Je crois que pour ma part, j’ai eu la chance d’emmagasiner des sou­venirs hors du com­mun sur les quelques spec­ta­cles que j’ai con­nus, mais le pre­mier qui me vient en tête (pour n’en citer qu’un) est la dernière représen­ta­tion du spec­ta­cle Grease au Théâtre Mogador. Je serais totale­ment inca­pable de décrire la sen­sa­tion de bon­heur extrême, de tristesse, du deuil d’une aven­ture de presque 300 représen­ta­tions, d’épuisement, tout ça mélangé à la claque d’amour qui vibrait du pub­lic à la scène.

Pour vous quels sont les ingré­di­ents pour une comédie musi­cale par­faite ?
Pour moi une comédie musi­cale réussie, c’est lorsque les fris­sons qui te tra­versent pen­dant la représen­ta­tion te font hériss­er tes poils depuis la cime de tes cheveux au plus petit de tes orteils. A ce compte là, j’imagine que tous les ingré­di­ents sont réu­nis !

Vous faites par­tie de la généra­tion émer­gente, quel sens cela a‑t-il pour vous ?
Je vis un bon­heur depuis quelques années. J’ai la chance de voguer entre des univers diver­si­fiés de spec­ta­cles qui me per­me­t­tent de me con­naitre un peu plus chaque jour. Je suis très touché de devoir répon­dre à cette ques­tion mais je ne sais pas trop quoi dire pour être hon­nête, si ce n’est mer­ci à ceux qui me font con­fi­ance pour représen­ter leurs shows et j’espère que tout ça con­tin­uera d’évoluer vers des chemins aux­quels je ne m’attends pas.

Quel rôle rêvez-vous d’incarner et pourquoi ?
J’en ai bien un. Mais je n’aurais ni la voix, ni le physique, ni même le sexe… Son nom c’est Effie White, à bon enten­deur.

Si vous pou­viez deman­der à un auteur com­pos­i­teur d’écrire un rôle spé­ciale­ment pour vous, quel serait-il ?
Il m’est impos­si­ble, je crois, de répon­dre à cette ques­tion. Pour savoir ce que je voudrais qu’on écrive pour moi, soit un rôle sur mesure, il faudrait d’abord que je définisse qui je suis, et même si j’en con­nais une bonne par­tie, c’est la par­tie mys­térieuse qui me per­met d’aller chercher à chaque spec­ta­cle la part du per­son­nage que j’incarne, que ce soit un rôle de com­po­si­tion ou pas. N’ayant jamais réfléchi a cette ques­tion, j’ai bien trop peur d’en don­ner une réponse !