Canada — Mamma Mia ! Farewell Tour (Critique)

0
162
Marc Cornes (Bill), Shai Yam­ma­nee (Sam) et Andrew Tebo (Har­ry) dans la tournée de Mam­ma Mia : Farewell Tour © Kevin Thomas Gar­cia

Musique : Ben­ny Ander­s­son et Björn Ulvaeus
Livret : Cather­ine John­son
Paroles : Ben­ny Ander­s­son et Björn Ulvaeus

Dis­tri­b­u­tion :
Bet­sy Pada­mon­sky, Lizzie Mark­son, Cashelle But­ler, Sarah Smith, Mark Cornes, Andrew Tebo, Shai Yam­ma­nee, Dustin Har­ris Smith, Niki Bad­ua, Chloe Kounadis, Max Ehrlich, Austin Micheal, Kylie Brun­ngraber, Juan Guillen, Joshua Tay­lor Hamil­ton, Coru Cable Kid­der, Matthew Janisse, Mar­cus John, Dan­ny Lopez, Stephanie Inglese, Gabriel­la Mar­chion, Luke Mon­day, Cather­ine Nick­er­son, Ali­cia Osborn, Car­li­na Park­er, Yael Reich, Alex Sheets, Julia Cas­san­dra Smith, Ian Tay­lor, Bri­an White­hill.

Une mère céli­bataire, pro­prié­taire d’un petit hôtel dans une île grecque, Don­na, s’apprête à mari­er sa fille Sophie qu’elle a élevée seule. Pour le mariage de Sophie, Don­na a invité ses deux meilleures amies, la prag­ma­tique Rosie et la richissime et mul­ti-divor­cée Tanya, de son groupe de l’époque Don­na and the Dynamos. Mais Sophie a invité secrète­ment trois per­son­nes…

Dans sa quête pour trou­ver son véri­ta­ble père qui la mèn­era au pied de l’autel, elle rep­longe sa mère dans ses sou­venirs qui, 20 ans aupar­a­vant, avait passé des jours heureux en com­pag­nie des trois hommes sur ce par­adis ter­restre. Pour 24 chao­tiques et mag­iques heures, de nou­velles amours ver­ront le jour et de vieilles romances seront ravivées dans cet oasis rem­pli d’espoir.

Inspiré des chan­sons de ABBA telles que « Danc­ing Queen », « S.O.S. », « Mon­ey, Mon­ey, Mon­ey », « Take a Chance on Me », Mam­ma Mia ! est une his­toire sur les rela­tions mère-fille, ami­cales et amoureuses.

Notre avis :
La tournée d’adieu de Mam­ma Mia s’ar­rête à Mon­tréal pour cinq représen­ta­tions seule­ment. La dis­tri­b­u­tion du Farewell Tour est mal­heureuse­ment iné­gale ; le jeu et les voix — pour cer­tains — sont extra­or­di­naires mais, pour quelques autres, l’in­ter­pré­ta­tion vocale est très en-dessous de ce qu’on s’at­tend d’une troupe choisie pour faire LA tournée d’adieu ! Pourquoi ne pas avoir préféré un « Dream Cast » ?

Cashelle But­ler (Tanya), Bet­sy Pada­mon­sky (Don­na) et Sarah Smith (Rosie) © Kevin Thomas Gar­cia

Les points forts de cette troupe sont, sans con­tred­it, Shai Yam­ma­nee qui nous offre un Sam ten­dre et sen­suel avec en prime une voix écla­tante. Don­na Sheri­dan — la mère de Sophie — est inter­prétée par Bet­sy Para­mon­sky qui sem­blait avoir per­du ses repères au début mais qui s’est très bien reprise au cours de la pièce. Avec sa voix par­ti­c­ulière, elle a su émou­voir l’as­sis­tance lors de son inter­pré­ta­tion de  » The Win­ner Takes It All’. Le duo Rosie (Sarah Smith) et Tanya (Cashelle But­ler), a offert des numéros mémorables. On se sou­vient longtemps de la fameuse scène du « gon­flage » du mate­las pneu­ma­tique. Déjà, à ce moment-là, Cashelle a mis le pub­lic dans sa poche.

La décep­tion fût très grande pour les rôles de Sophie (Lizzie Mak­son) et de Sky (Dustin Har­ris Smith). Lizzie man­quait fon­cière­ment de puis­sance vocale à cer­tains moments et surtout aux endroits clés de la pièce. Son inter­pré­ta­tion de « Under Attack » était épou­vantable… Devons-nous lui par­don­ner vu que le retour du deux­ième acte fût retardé à cause d’un prob­lème tech­nique ? De son côté, Dustin était dénué de charme, de voix et de présence. Côté décors, les pro­duc­teurs n’ont procédé à aucun change­ment : tou­jours la même apparence. Nous avons remar­qué, par con­tre, quelques change­ments côté orches­tra­tion, celle-ci étant un peu plus ‘Rock » qu’à l’habi­tude.

Mal­gré ces petits défauts de « cast­ing », Mam­ma Mia reste et restera tou­jours un excel­lent diver­tisse­ment. On ne peut imag­in­er un avenir sans cette comédie musi­cale. Est-ce vrai­ment un Farewell Tour ? Espérons que non.