Les Vilaines

0
24

Théâtre Lepic – 1, avenue Junot – 75018 Paris.
Deux représentations exceptionnelles : les 4 et 25 février 2020.

Le temps d’un show de cabaret, le spectacle dessine l’ambiance si particulière du quotidien des showgirls. L’espace scénique passe successivement de l’espace intime des loges à celui de la scène du music-hall. Le spectacle fait alors l’objet d’une mise en abyme. Il s’appuie sur les caractéristiques spatio-temporelles d’un show de cabaret et élargit l’exposition des artistes jusqu’à l’espace des loges. Le mythe des inaccessibles showgirls tombe par un travelling de la scène aux coulisses.

Notre avis : C’est une véritable ovation qu’a reçue le charmant trio des Vilaines au Théâtre Lepic, et cela est mérité ! Rien de bien extraordinaire a priori : le spectacle dévoile l’envers du décor et la vie en coulisse de trois charmantes chanteuses-danseuses de cabaret. Seulement voilà… l’écriture drôle et profonde, leurs caractères bien trempés et la beauté des corps et des mots font que ce show est tout à fait réussi. Les numéros s’enchaînent, sans se ressembler, pour s’inscrire dans une lecture, un peu décousue mais très bien assumée, d’instants de vie, où chacune à sa manière relate son intimité et partage ses déboires amoureux et autres « problèmes de filles », pour le plus grand plaisir du public qui en redemande.

Toutes en plumes et en paillettes, elles éblouissent les spectateurs de leurs anecdotes, de leur complicité et de leurs voix suaves et jazzy qui charment et envoûtent dès les premières notes. Dans une configuration intimiste, sans micros ni orchestre, l’émotion est bel et bien là : les cœurs sont conquis et les masques tombent, les personnages se révèlent alors sous leur plus beau jour, fragiles et sincères, loin du paraître que le monde du music-hall leur impose. Elsa Bontempelli, fille de Guy Bontempelli — parolier des plus grands de la chanson française des années soixante et soixante-dix, Dalida et Aznavour entre autres —, s’appuie sur l’héritage littéraire de son père, retranscrit à merveille ses années de meneuse de revue et ravit, par sa plume et sa mise en scène, le public, à qui elle offre ainsi un spectacle haut en couleur, « vilainement » efficace et divertissant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici