Marilyn Bergman : The way she was

0
3500

À 93 ans, la célèbre parolière laisse seul son époux et com­pagnon de tra­vail, Alan. Des prob­lèmes res­pi­ra­toires, sans lien avec la Covid, auront eu rai­son de cette femme au tal­ent excep­tion­nel. Ses col­lab­o­ra­tions avec Michel Legrand et Bar­bra Streisand (entre autres) lui ouvriront les portes d’un suc­cès mon­di­al. Les paroles de Yentl ? C’est elle et Alan.

De même pour des chan­sons de film, comme le célébris­sime « The Way We Were », le phare musi­cal mis en musique par un autre de leur fidèle com­plice, Mar­vin Ham­lisch, extrait du film éponyme. Ce fut la chan­son la plus ven­due en 1974. Ou encore « The Wind­mills of Your Mind », qui offre au très sophis­tiqué The Thomas Crown Affair une touche de glam­our sup­plé­men­taire. Ces trois œuvres leur val­urent de recevoir trois Oscars. Par ailleurs, le cou­ple traduisit les paroles de « La Chan­son de Max­ence » extraite des Demoi­selles de Rochefort, dev­enue « You Must Believe in Spring », lui offrant ain­si une car­rière internationale.

Alan vit le jour dans le même hôpi­tal qu’elle, à quelques années près… Peut-être un signe du des­tin ? Juifs de Brook­lyn l’un comme l’autre, ce n’est que des années plus tard à Hol­ly­wood, à la faveur d’un tra­vail réal­isé pour un même com­pos­i­teur, Lew Spence, qu’ils se ren­con­trent. À ce titre, le cou­ple con­fie sur son site offi­ciel : Lew intro­duced us.  He was our very first col­lab­o­ra­tor. We were young and just begin­ning.  I wrote my engage­ment present for Mar­i­lyn with Lew (“That Face”).  The three of us wrote the title track for Frank Sinatra’s album Nice ‘N’ Easy.  It was a very excit­ing time. Ils se mari­ent en 1958 et ne cesseront de col­la­bor­er, enrichissant con­sid­érable­ment le Amer­i­can Song­book de leurs mots, choi­sis avec soin pour à chaque fois faire vibr­er l’au­di­teur. Ils ont signé d’in­nom­brables bal­lades, tein­tées de pop ; autant de petites per­les qui tra­versent et tra­verseront les années. Ils tra­vailleront, au fil des décen­nies, avec entre autres Cy Cole­man, Quin­cy Jones, Hen­ry Mancini…

Alan et Mar­i­lyn Bergman ©Joseph Sohm

Leur col­lab­o­ra­tion à des­ti­na­tion du théâtre musi­cal est plus mod­este. Deux shows à Broad­way sont à citer : Some­thing More en 1964 – un flop – et Ball­room en 1978 (qui fut à l’o­rig­ine une série dra­ma­tique pour la télévi­sion), avec la sub­lime chan­son « Fifty Per­cent » magis­trale­ment incar­née par Dorothy Loudon. Le ciné­ma, la télévi­sion et la var­iété améri­caine furent leurs prin­ci­paux champs d’ac­tion. En France, ils col­laborèrent au film musi­cal de Claude Lelouch Les Uns et les Autres. En 1985, Mar­i­lyn Bergman fut la pre­mière femme élue à l’AS­CAP (puis­sant organ­isme de défense des droits, un peu l’équiv­a­lent de la SACEM) qu’elle dirig­era durant quinze ans.

Sur sa page Face­Book, la star Bar­bra Streisand – qu’ils ren­con­trèrent lorsqu’elle avait 18 ans et était encore incon­nue  – rend hom­mage au cou­ple qui fut en per­ma­nence à ses côtés :

Mar­i­lyn and Alan Bergman were like fam­i­ly, as well as bril­liant lyricists.
We met over 60 years ago back­stage at a lit­tle night club, and nev­er stopped lov­ing each oth­er and work­ing together.
Their songs are time­less, and so is our love.
May she rest in peace.
With love,
Bar­bra

 

Enfin, lors de l’édi­tion de 2018 de la grande soirée de la « 42e rue » de France Musique, Melis­sa Erri­co inter­pré­ta un inédit de Michel Legrand. Une chan­son émou­vante, splen­dide, écrite, bien enten­du, par le couple :

Sur sa page Face­Book, l’artiste améri­caine rend cet hommage :

I’m so sad to hear the news we must say good­bye to #Mar­i­lyn­Bergman. Three songs she wrote (with her hus­band Alan) come to mind… with­out her, Michel Legrand’s music would not be what it is. She was one of history’s great women lyric writ­ers. Among the mas­ters. Only last night I was look­ing through pic­tures. ♥️?
1. “You Must Believe in Spring”: one of their clas­sics. One day, Michel & I asked M & Alan to write a new verse, because of the lin­ger­ing pain of 9/11. It begins “When angry voices…”
(See Spo­ti­fy?)
I record­ed it again remote­ly dur­ing the pan­dem­ic Spring 2020, with hopes we heal this too…
2. Mar­i­lyn & Alan wrote a song that I am singing right now in my heart, “We’re links in a chain..” — maybe some­one dreamed … all the dreams… it was you, Mar­i­lyn! “Maybe Some­one Dreamed Us” is a song that only I have record­ed but must con­tin­ue to be sung, ♥️
3. And this song, a recent col­lab­o­ra­tion with Legrand: “Hur­ry Home.”#RIPMarilynBergman men­tor teacher leader song­writer beau­ti­ful poet — you changed the world I know, and made it more meaningful.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici