Rap et comédie musicale : une relation timorée

0
554

Depuis une vingtaine d’années, le hip-hop s’est peu à peu imposé comme l’un des styles musicaux les plus écoutés dans le monde. Puisque la comédie musicale a toujours eu tendance à incorporer les évolutions de la musique populaire, il semble logique que le rap y ait sa place.

En 2008, les cou­plets de seize mesures rap­pées mélangés aux rythmes lati­nos du très pop­u­laire In the Heights de Lin-Manuel Miran­da vien­nent sec­ouer la scène du Richard Rodgers The­atre à Broadway.

Bien que d’autres œuvres aient précédem­ment tein­té leurs numéros de paroles rap­pées – notam­ment Dream­girls, The Wiz ou encore The Music Man dans sa chan­son « Ya Got Trou­ble » –, c’est bel et bien la pre­mière fois qu’un spec­ta­cle est écrit et com­posé par un véri­ta­ble afi­ciona­do de hip-hop. Dans Hamil­ton, Lin-Manuel Miran­da ne cache pas l’influence de The Noto­ri­ous B.I.G., Run-DMC, Jay‑Z, Eminem ou encore Mobb Deep sur ses com­po­si­tions. Il n’y a qu’à voir les mul­ti­ples références que la comédie musi­cale pioche dans les textes de ces artistes :

« And if you don’t know, now you know (Mr. Pres­i­dent) » – « Juicy », Noto­ri­ous B.I.G.
« I’m D.M.C. (John Lau­rens), in the place to be » – « Suck­er M.C.’s », Run-DMC.
« I’m only nine­teen but my mind is old­er, and when the things get real my warm heart turns cold­er (these New York City streets get cold­er) » – « Shook Ones », Mobb Deep.

Com­ment expli­quer l’en­t­hou­si­asme du pub­lic alors que ce style de musique est très peu répan­du à Broadway ?

Tout d’abord, In the Heights, tout comme Hamil­ton, a con­servé de nom­breux codes de la comédie musi­cale, tels que la présence d’un orchestre, des mélodies char­mantes sur les refrains, l’utilisation d’harmonies…

Notons égale­ment la clair­voy­ance de l’auteur qui choisit de faire une référence à Duke Elling­ton : « I’ve nev­er been north of Nine­ty-Sixth Street!  – Well, you must take the A train » ; puis de citer Cole Porter dès les pre­mières phras­es du pro­logue : « Like my man Cole Porter said peo­ple come through for a few cold waters », comme pour cer­ti­fi­er aux spec­ta­teurs : « Ne vous méprenez pas, nous venons du même endroit. »

Pour­tant, on ne peut pas dire que les œuvres de Lin-Manuel Miran­da s’ancrent véri­ta­ble­ment dans le mou­ve­ment hip-hop. Les textes de la coqueluche de Broad­way n’ont con­servé que la douce et jolie part du rap que le grand pub­lic sem­ble appréci­er, à savoir : la finesse ver­bale, la sub­til­ité des sonorités, la sagesse des mots. Ces spec­ta­cles met­tent de côté une autre facette dom­i­nante du rap que l’on qual­i­fiera pos­i­tive­ment de « brute », sou­vent perçue comme agres­sive, mais qui est l’essence du style. Peut-être serait-il intéres­sant de creuser cet aspect rugueux, dans le but de faire évoluer encore un peu plus la comédie musi­cale ? Et notam­ment en France ?

Nous sommes con­va­in­cus que les richess­es musi­cales du rap en France – sou­vent con­sid­érée comme la sec­onde terre mère du hip-hop – don­neraient nais­sance à de nou­velles œuvres qui n’auraient pas à rou­gir face aux suc­cès améri­cains… surtout si les auteur·ices français·es s’autorisent à repouss­er les règles de la bien­séance ver­bale que les milieux de théâtres se sont imposées.

Le rap français foi­sonne d’artistes tal­entueux, tout par­ti­c­ulière­ment dans un genre que l’on nomme le sto­ry­telling, lit­térale­ment « réc­it d’histoire ». Cette qual­ité d’écriture, gage de qual­ité tant dans le rap que dans la comédie musi­cale, nous paraît un point com­mun cap­i­tal entre ces deux formes d’art.

Pour illus­tr­er notre pro­pos, voici une liste de morceaux de rap français qui, mal­gré leur jar­gon par­fois acéré, pour­raient aisé­ment être mis en scène dans une comédie musicale.

- « La Let­tre » de Lunatic, 2000.
« 94 » de Rohff, 2004.
« Pas à ven­dre » de Casey, 2006.
« Si c’était le dernier » de Diam’s, 2009.
« Olive & Tom » de Alpha Wann, 2018.
« Mini­tel » de Ziné, 2019.
« Tiroir bleu » de Tuerie, 2022.

Par­fois même, cer­tains albums entiers pour­raient don­ner lieu à de véri­ta­bles pro­duc­tions de comédies musi­cales dignes de ce nom. Rap­pelons qu’il n’est pas rare qu’un pro­jet de spec­ta­cle débute à par­tir d’albums con­cepts dans lesquels l’enchaînement des chan­sons développe une his­toire : c’é­tait le principe assumé de l’opéra rock lorsque le genre est né, ce fut le cas d’Hamil­ton et, plus récem­ment, de Hadestown d’Anaïs Mitchell.

L’exemple le plus récent est l’album de l’artiste Lay­low sor­ti en juil­let 2021, dont le titre L’Étrange His­toire de Mr. Ander­son sus­cite déjà un musi­cal. Le pro­jet est con­stru­it en suiv­ant une nar­ra­tion struc­turée à la manière d’un véri­ta­ble livret, alter­nant chan­sons et scènes dia­loguées. Le cli­max, situé dans le morceau « Lost For­est » offre un équili­bre par­fait entre chant et texte, tout en aug­men­tant l’intensité de la scène. Une écoute inté­grale de l’album est vive­ment con­seil­lée (51 minutes).

Citons aus­si Molière, l’opéra urbain avec le rappeur Lone­spi en rôle-titre, pro­jet qui sem­ble aller dans le sens d’une inté­gra­tion des musiques actuelles au for­mat de la comédie musi­cale. En atten­dant la pre­mière annon­cée le 7 novem­bre 2023 au Palais des Sports de Paris, les pre­miers extraits disponibles sur le site offi­ciel ont piqué notre curiosité.

La comédie musi­cale française devrait s’autoriser à ren­forcer le lien que cer­tains spec­ta­cles out­re-Atlan­tique ont déjà tis­sé entre rap et comédie musi­cale. Ajou­tons des bass­es 808 vibrantes à nos com­po­si­tions ! Gref­fons des sonorités planantes à nos bal­lades ! Pimen­tons nos orchestres d’effets élec­tron­iques ! Inspirons-nous d’artistes nova­teurs d’aujourd’hui tels que Chilla, Guy2Bezbar, Aloïse Sauvage ! Et pourquoi ne pas aller jusqu’à assaison­ner cer­taines chan­sons de touch­es sub­tiles d’autotune, non dans un but de cor­riger les fauss­es notes, mais car nous sommes per­suadés que de nou­velles sonorités auraient tout à fait leur place dans un genre de spec­ta­cle qui n’a jamais cessé de se renouveler !

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici