Molière, plus fort que l’opéra rock

0
1863

On célébrait hier, 15 jan­vi­er, le qua­trième cen­te­naire de la nais­sance de Jean-Bap­tiste Poquelin. Celui qui allait se faire appel­er Molière sera fêté, sous des formes qu’on imag­ine var­iées, tout au long de l’an­née 2022 : autant d’oc­ca­sions de remet­tre au jour le génie du dra­maturge et de soulign­er sa modernité.

L’Opéra de Massy ouvrait le ban ce week-end en présen­tant Le Malade imag­i­naire dans sa ver­sion inté­grale de comédie-bal­let sur les musiques de Marc-Antoine Char­p­en­tier. Plus de trois heures et demie de réjouis­sances alliant théâtre, danse et chant. Une chance unique ren­due pos­si­ble grâce aux tal­ents recon­nus des Malins Plaisirs, de la com­pag­nie de danse L’Éven­tail et du Con­cert Spir­ituel d’Hervé Niquet. À décou­vrir sur les scènes d’Angers-Nantes Opéra du 22 jan­vi­er au 5 mars.

Tou­jours à pro­pos de Molière, dans le même reg­istre de la démesure mais très dif­férem­ment, voici que l’on nous annonce, prête à défi­er l’en­ten­de­ment, une sorte nou­velle de comédie musi­cale con­tem­po­raine biographique. On ne s’y attendait guère. Pour­tant, depuis Mozart, l’opéra rock, on aurait dû se méfi­er… Le résumé offi­ciel de ladite nou­veauté annonce « l’his­toire d’un homme qui renonce à tout pour vivre sa pas­sion et son amour. Un homme qui va devenir un auteur libre et révo­lu­tion­ner l’écri­t­ure de la comédie ». Jusque-là, on évolue en ter­rain con­nu… Mais la révo­lu­tion vien­dra – ou non – de la forme. Aux oubli­ettes l’opéra rock déjà démodé, place à l’« opéra urbain », un genre qu’on nous dit nou­veau en ce qu’il utilise les styles musi­caux actuels (urban) et qu’il con­voque sur scène des chanteurs, des danseurs, des musi­ciens, des comé­di­ens, mais aus­si des slam­meurs – n’au­rait-on pas déjà vu ça dans le Hamil­ton de Lin-Manuel Miran­da ? Tout ce beau monde évoluera dans de somptueux décors et cos­tumes du XVIIe siè­cle. Mal­heureuse­ment, il fau­dra atten­dre novem­bre 2023 pour se faire une idée. Ce sera évidem­ment au Dôme de Paris (anci­en­nement Palais des Sports). On ren­voie le lecteur curieux au site offi­ciel de Molière, l’opéra urbain.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici