Tutu (Critique)

0
73

Directeur artis­tique & choré­graphe : Philippe Lafeuille
Avec Loïc Con­sal­vo, Antony Couroy­er, Mikael Fau, Pierre Emmanuel Lan­gry, Julien Merci­er et Alex­is Ochin

Résumé : Après avoir régalé le monde entier avec leurs Méli-Mélo, les Chicos Mam­bo revi­en­nent à Paris pour nous dévoil­er une créa­tion inédite et décalée, déjan­tée, et loufoque.
Tutu a été créé pour les 20 ans de la com­pag­nie.
Chaque tableau est une sur­prise haute en couleur, où la com­pag­nie nous trans­porte dans son univers fan­tasque et théâ­tral. Les six inter­prètes hommes, tels des caméléons, endossent tous les rôles – plus de 40 per­son­nages nous font rire, nous éton­nent et nous impres­sion­nent. Mais si la troupe est con­nue pour son autodéri­sion, elle est aus­si appré­ciée pour sa tech­nique.

Notre avis (Cri­tique parue lors des représen­ta­tions de 2015) : A la fin des années 90, les Chicos Mam­bo, sous la houlette de Philippe Lafeuille, nous avait enchan­tés avec leur Méli-Mélo, spec­ta­cle mêlant danse, humour, déri­sion et vir­tu­osité. Cette année, Philippe Lafeuille nous revient avec un nou­v­el opus pour fêter les vingt ans de la com­pag­nie. Cette fois, ce sont six nou­veaux inter­prètes (tous mas­culins) qui repren­nent la for­mule qui avait fait le suc­cès du précé­dent spec­ta­cle : hom­mage par­o­dique aux grands gen­res choré­graphiques, trav­es­tisse­ment et ironie, prouess­es tech­niques et moments de poésie.
On retrou­ve bien sûr les hom­mages aux incon­tourn­ables (Le Lac des Cygnes, Pina Bausch…) dans des numéros inédits aux­quels s’a­joutent quelques références plus récentes (Danse avec les stars). Dans les nou­veaux tableaux, cer­tains se démar­quent par leur beauté (le numéro de tan­go est à la fois trou­blant, impres­sion­nant et envoû­tant) quand d’autres jouent plus la carte de l’hu­mour (la gym­nas­tique ryth­mique et sportive, par exem­ple). Si les numéros d’ensem­ble ont la part belle, chaque danseur a son moment solo dans la lumière, nous per­me­t­tant d’ap­préci­er pleine­ment son style, sa per­son­nal­ité. Enfin, à l’im­age du spec­ta­cle, les cos­tumes sont pleins d’hu­mour et d’o­rig­i­nal­ité. Même si les nos­tal­giques regret­teront de ne pas revoir un ou deux numéros de Méli Mélo, ce Tutu entraîne les spec­ta­teurs avec plaisir dans son zap­ping tour­bil­lon­nant.