Un jour ça ira (Critique)

0
78

Doc­u­men­taire de 90 min­utes

réal­isé par Stan Zam­beaux — écrit par Stan et Edouard Zam­beaux

Djibi et Ange, deux ado­les­cents à la rue se retrou­vent dans un cen­tre d’héberge­ment d’urgence. Au coeur de cet archipel qui les pro­tège du pire, ils affron­tent des vents mau­vais, des vents con­traires mais ils cherchent sans relâche le souf­fle d’air qui les emmèn­era ailleurs. Et c’est avec l’écri­t­ure et le chant qu’ils s’envolent…

Notre avis : Ce doc­u­men­taire relate la vie dans un cen­tre d’héberge­ment d’ur­gence, l’Archipel, aujourd’hui fer­mé, qui voit cohab­iter des familles de divers­es nation­al­ités. Aucun mis­éra­bil­isme ici : les activ­ités pro­posées dans ce lieu, surtout à des­ti­na­tion des enfants sont mis­es en avant. Elles par­ticipent d’une éman­ci­pa­tion, d’une prise de con­science et per­me­t­tent égale­ment de pass­er des moments d’enfance heureux, même si, bien enten­du, une plus grande sta­bil­ité pour toutes ces familles s’avère indis­pens­able, à com­mencer par le domi­cile.

En effet la vie dans ce cen­tre aurait déjà pu être une pre­mière étape vers une adap­ta­tion au rythme parisien, à retrou­ver ses repères, s’en créer d’autres, si ce n’est que la fer­me­ture prochaine implique une dis­so­lu­tion totale. Les liens qui se créent entre ces familles sont amenés à se dis­ten­dre, il faut tout recom­mencer. Ce démé­nage­ment se fait en plusieurs étapes, nous assis­tons au départ de rési­dants tan­dis que d’autres restent, pour un temps lim­ité. S’attacher ou pas aux lieux ? Ten­ter de se pro­jeter dans un avenir incer­tain ? Autant de ques­tions qu’aborde, en creux, de film.

La réal­i­sa­tion, dénuée de tout voyeurisme, capte au plus près les réac­tions des pro­tag­o­nistes. Appelés à écrire ce qu’ils vivent afin que ces paroles recueil­lies devi­en­nent un grand arti­cle dans Libéra­tion, les enfants se plon­gent dans cet exer­ci­ce. Tout comme celui d’écrire des chan­sons, qui seront mis­es en musique et enreg­istrées. L’un des points forts du doc­u­men­taire étant la resti­tu­tion devant les rési­dants de ce tra­vail, un beau moment d’émotion. Un doc­u­men­taire à décou­vrir, tout comme le tra­vail musi­cal qui béné­fi­cie d’un site dédié. Vous pour­rez enten­dre les belles chan­sons com­posées et inter­prétées en par­tie par les enfants, encadrés par l’as­so­ci­a­tion Fausse Note et Peg­gy Rol­land. De nom­breuses infor­ma­tions com­plè­tent le site.