Hello, Broadway! Une histoire de la comédie musicale américaine

0
242

de Patrick Niedo — édi­tions Ipane­ma

L’évo­ca­tion du nom de ce quarti­er de New York nous fait penser immé­di­ate­ment à l’ex­trav­a­gance, que vien­nent chercher ces dizaines de mil­liers d’anonymes chaque soir, dans l’un des 41 théâtres dédiés au Music Hall… Depuis cent cinquante ans, Broad­way est l’un des cen­tres mon­di­aux du spec­ta­cle de revue, du théâtre, mais surtout de la comédie musi­cale  » inven­tée  » par les Améri­cains.

Les pop­u­la­tions ont tou­jours eu besoin de diver­tisse­ment, et la comédie musi­cale de sus­citer la fer­veur pop­u­laire dans ce  » nou­veau monde  » en créa­tion : l’Amérique. La comédie musi­cale devient un art pop­u­laire, avant de devenir un art majeur et unique, avec ses grands com­pos­i­teurs, ses auteurs, ses met­teurs en scène, choré­graphes, cos­tu­miers, déco­ra­teurs… Une véri­ta­ble indus­trie se met en place à par­tir du début du XXe siè­cle, com­por­tant des règles, des devoirs mais surtout une volon­té de pro­pos­er des spec­ta­cles de grande qual­ité. Broad­way est un micro­cosme, un  » oasis cul­turel  » dans la ville de New York. La comédie musi­cale est le moteur de ce havre fab­uleux.

Notre avis : Que faire lorsqu’on est un amoureux fou de Broad­way, que l’on a déjà écrit un livre mag­nifique sur le sujet (His­toires de comédies musi­cales) et que la plume vous démange ? Rédi­ger un nou­v­el opus. C’est donc ce qu’a fait Patrick Niedo avec Hel­lo, Broad­way! Le titre faisant référence au musi­cal de Jer­ry Her­mann Hel­lo, Dol­ly! , la pho­to de cou­ver­ture le prou­ve, dont la récente reprise avec Bette Midler non seule­ment tri­om­phe à Broad­way, mais sem­ble avoir pro­fondé­ment plu à l’auteur.

En 240 pages, 14 chapitres, le lecteur embar­que pour un voy­age pas­sion­nant. Patrick Niedo a voulu que ce livre soit grand pub­lic. C’est le pari, réus­si, de ce livre qui se lit comme un roman. Avec un style sim­ple, direct, Patrick Niedo racon­te l’histoire de l’Amérique et celle, donc, de ce genre si par­ti­c­uli­er. Enrichi d’une icono­gra­phie bien choisie, la carte de la comédie musi­cale se des­sine peu à peu, de manière chronologique. Les bal­bu­tiements, Show Boat qui mar­qua un avène­ment en 1927, les « Big Five », l’âge d’or, l’impact des anglais, la trans­for­ma­tion du quarti­er des théâtres…

Tout com­mence avec la descrip­tion des orig­ines de New York, des pre­miers spec­ta­cles des­tinés à dis­traire une nou­velle pop­u­la­tion. Le réc­it prin­ci­pal est entre­coupé de para­graphes con­sacrés à dif­férents sujets qui per­me­t­tent d’éclairer ou de pré­cis­er cer­tains points, par exem­ple his­torique avec la guerre du Viet­nam, ou des résumés bien­venus de cer­tains spec­ta­cles incon­tourn­ables. Ces inter­mèdes, qui cor­re­spon­dent aux « bas de page » sou­vent illis­i­bles, pren­nent donc une place par­faite dans le livre, ryth­mant la lec­ture. Vous décou­vrirez tout, par exem­ple, de l’expansion de la télévi­sion ou du télé­phone et des réper­cus­sions sur la comédie musi­cale.

Patrick Niedo con­naît par­faite­ment son sujet : l’enquête est fine, très doc­u­men­tée, flu­ide, pré­cise et per­met de se faire une bonne idée de ce qu’est le genre, de ce qu’il représente d’un point de vue artis­tique, économique et ce de ses débuts jusqu’à aujourd’hui. L’ultime chapitre se clôt sur Broad­way aujourd’hui, avec trois spec­ta­cles emblé­ma­tiques : Hel­lo Dol­ly!, Hamil­ton, Dear Evan Hansen. Ces trois spec­ta­cles reflé­tant cha­cun une des nom­breuses facettes de la comédie musi­cale améri­caine.

Ces 14 chapitres sont aug­men­tés d’un lex­ique, de références bib­li­ographiques et d’une série de playlists : divers­es per­son­nal­ités don­nent cha­cun leur cinq titres de comédie musi­cale favoris, ce qui per­met au lecteur curieux de décou­vrir, ou redé­cou­vrir, des titres plus ou moins con­nus, reflets des choix des unes et des autres. Excel­lente idée ! Un livre que tout amoureux ou futur amoureux de la comédie musi­cale se doit de pos­séder.

Lire notre inter­view de Patrick Niedo.