L’Île des rêves

0
645

Bourse du Travail – 205, place Guichard, 69003 Lyon.
Les samedi 3 et dimanche 4 décembre 2022 (à 17h et également à 14h le dimanche).
Tarif : de 15 à 89 €. Durée : 1h15.

Après avoir brisé le Sor­tilège des neiges, le magi­cien William Arrib­art vous invite au voy­age sur l’Île des rêves pour la suite de ses aven­tures ! Pré­parez-vous à décou­vrir un monde unique et féerique…

Au fil ses rêves, William Arrib­art rejoint ses amis dans un monde onirique, extrav­a­gant et mer­veilleux : l’Île des rêves. Dans une cabane au bord de l’océan, il retrou­ve La Grimpe, Hec­tor, Luna, La Toque et Paul pour vivre d’extraordinaires aven­tures, loin du monde réel. Mais un grand dan­ger men­ace l’Île et pour­rait entraîn­er le magi­cien et ses amis vers un réveil sans retour. Fort de ses tal­ents mag­iques, il va ten­ter de sauver ses amis et ses rêves…

Notre avis : William fuit régulière­ment le monde réel pour rejoin­dre l’Île des rêves. Avec ses amis imag­i­naires, il devra lut­ter pour pro­téger son monde rêvé de nou­velles men­aces. Les tal­ents de magi­cien de William seront une arme pré­cieuse. L’Île des rêves est présen­tée comme une comédie musi­cale mag­ique pour toute la famille. Illu­sion ou réal­ité ? Le spec­ta­cle rem­plit pleine­ment ses objectifs !

Dès les pre­mières sec­on­des, les applaud­isse­ments nour­ris démon­trent que le magi­cien William Arrib­art a un pub­lic ent­hou­si­aste acquis à sa cause. S’il s’ag­it de sa pre­mière comédie musi­cale, ses précé­dents spec­ta­cles ont drainé un vaste pub­lic de fans, notam­ment par­mi les plus jeunes spec­ta­teurs. L’u­nivers de Peter Pan sem­ble avoir été une source d’in­spi­ra­tion pour William Arrib­art. On retrou­ve ain­si le désir d’échap­per au monde sérieux des adultes, le refuge d’une île imag­i­naire, un per­son­nage muet nom­mé Tiger… Mais c’est toute­fois un héros dans la lignée de Man­drake le magi­cien qui vien­dra à bout de plusieurs dangers.

L’Île des rêves est un régal sur le plan visuel avec sa grande cabane en bois, des cos­tumes aux couleurs vives, ses numéros de magie… La mise en scène ryth­mée de Samuel Bousard prend appui notam­ment sur l’en­chaîne­ment des belles choré­gra­phies de Sébastien Jacquemin, de com­bats hale­tants et d’ac­ro­baties. Les séquences de magie sont bien inté­grées à l’his­toire et bluffent à la fois les enfants et les par­ents. Les mélodies de Simon Orlan­di sont accrocheuses et bien défendues par les comé­di­ens-chanteurs-danseurs de la troupe.

Le spec­ta­cle est ponc­tué de brefs retours dans le monde réel où William est sta­giaire dans une société. Le monde de l’en­tre­prise est présen­té avec humour sous un aspect froid et peu flat­teur. Il est le lieu d’une infla­tion de néol­o­gismes et d’acronymes super­fi­ciels mais drôles dans ce con­texte. Les spec­ta­teurs adultes y (re)trouveront des raisons partagées de vouloir échap­per à un monde qui se prend trop au sérieux.

Le voy­age mag­ique offert par William Arrib­art, naufragé de l’Île des rêves s’achève en beauté et est un excel­lent cadeau à partager en famille.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici