Les Sourds-Doués sur un malentendu… (Critique)

0
62

Avec Adrien Besse (clar­inette)
Pierre Pichaud (trompette)
François Pas­cal (clar­inette basse)
Nico­las Josa (cor)
Mise en scène: Jérémie Mil­sztein

Résumé: En 2011, qua­tre garçons pleins d’avenir accom­pa­g­nés de leurs célèbres cra­vates créaient un spec­ta­cle musi­cal humoris­tique effi­cace et touchant autour d’un ensem­ble à vents jusqu’i­ci jamais pen­sé ni enten­du aux sonorités rich­es et déto­nantes.
Suite logique, les per­son­nages évolu­ent dans une lutte plus déjan­tée et vigoureuse encore, à la hau­teur de leur com­plic­ité à peine dis­simulée. Ils explorent leurs univers musi­caux favoris — clas­sique, jazz, tan­go, klezmer, musiques de films, etc. — n’hési­tant pas à jon­gler entre chaque avec une aisance et une espiè­g­lerie décon­cer­tantes pour désacralis­er le con­cert et amen­er petits et grands à s’ou­vrir les oreilles.
Com­ment cela fini­ra-t-il? Arriveront-ils à tenir ce con­cert? Les Sourd-Doués seront-ils capa­bles de s’en­ten­dre?
Qui sait, sur un malen­ten­du…

Notre avis: Spec­ta­cle atyp­ique, Sur un malen­ten­du… choisit de nous racon­ter une his­toire sans aucun dia­logue, sans un mot, mais en musique. C’est à tra­vers leurs instru­ments que les Sourds-doués s’expriment, ils s’adressent les uns aux autres par les notes des clar­inettes, du cor ou de la trompette et con­stru­isent une his­toire drôle, émou­vante et poé­tique. Avec beau­coup d’humour, les qua­tre musi­ciens nous embar­quent dans leur univers par­ti­c­uli­er de musique qu’ils agré­mentent de tours de magie bril­lam­ment exé­cutés. Bien loin d’être sourds, ces musi­ciens font preuve d’une écoute excep­tion­nelle les uns des autres assur­ant une grande qual­ité musi­cale au spec­ta­cle.
Les cos­tumes sont sim­ples, le décor est min­i­mal­iste et pour­tant rien ne manque. Les lumières créées par Fouad Souak­er habil­lent totale­ment le plateau et créent une atmo­sphère prop­ice au rêve et à la poésie.
Ce spec­ta­cle s’adresse à tous les publics : jeunes, moins jeunes, mélo­manes et néo­phytes, tous se lais­sent cap­tiv­er par la musique, la magie, les images et la beauté qui s’en déga­gent.