MTatiana — Femme(s) (Critique)

0
159

Avec Mta­tiana, Camille Rossi, John Dada
Met­teur en scène : Julien Alluguette
Choré­gra­phie : Yohann Têté
Coif­fures et cos­tumes : Audrey Bor­ca, Syl­vain Rigault

Résumé : Orig­i­nal, con­ceptuel et scé­nar­isé, empreint d’un univers rétro mod­ernisé. Il met en valeur la Femme, les femmes, à tra­vers une quin­zaine de chan­sons en français, écrites et com­posées par Mta­tiana, lais­sant se suc­céder plusieurs facettes de ce que peut être une femme, avec ses forces et ses ques­tion­nements. Cha­cune de ces femmes a un lien avec la précé­dente ou la suiv­ante ; on tra­verse leur vie, leur his­toire, avec humour et émo­tions, grâce à des textes engagés, poé­tiques et par­fois déli­rants.

Notre avis : Enchaî­nant tour à tour une quin­zaine de chan­sons, Mta­tiana a de quoi sur­pren­dre. Artiste-inter­prète, nous l’avions déjà vue à plusieurs repris­es sur les scènes de plusieurs comédies musi­cales : dans Emi­lie Jolie en méchante sor­cière ou bien dans 1789, les Amants de la Bastille, Le Voy­age Extra­or­di­naire de Jules Verne, Mist­inguett — Reine des années folles et bien plus encore…
Ici, Mta­tiana dévoile son univers, acidulé, sexy, affir­mé et inspiré des années rock­a­bil­ly. Elle est belle, elle chante divine­ment bien et elle tient la scène, accom­pa­g­née par deux musi­ciens live, pen­dant plus de deux heures, comme si elle avait fait ça toute sa vie, à l’im­age des con­certs des artistes de Broad­way.
Elle va nous trans­porter dans son univers, enchaî­nant ses chan­sons mis­es en scènes par Julien Alluguette (met­teur en scène, entre autres, de Pep­pa Pig au Casi­no de Paris) ain­si que quelques choré­gra­phies sub­tiles et poé­tiques de Yohann Têté. Sub­limée par les per­ruques d’Au­drey Bor­ca et les cos­tumes de Syl­vain Rigault, Mta­tiana sait s’en­tour­er des meilleurs.

Émo­tions, fris­sons mais aus­si rires et finesse sont au ren­dez-vous. Nul doute que ces prochains con­certs con­cep­tu­al­isés auront du suc­cès devant le tal­ent d’une telle artiste. Bonne route à elle !