Bernard Dimey, père et fille : une incroyable rencontre

0
1114

Théâtre Essaïon - 6, rue Pierre-au-Lard, 75004 Paris.
Du 13 septembre 2022 au 18 janvier 2023, les mardis et mercredis à 21h.
Relâches : mardis 20 septembre et 15 novembre 2022.
Informations et réservations sur le site du théâtre et au 01 42 78 46 42.

Élevée seule par une mère insti­tutrice à Château­roux, c’est le bac en poche que Dominique quitte sa province natale à 20 ans pour suiv­re à Paris les cours de Jean Lau­rent Cochet et ain­si entamer une car­rière d’artiste. Instal­lée à Mont­martre dans une petite cham­bre de la rue Lep­ic, elle décou­vre ce quarti­er pit­toresque où elle ren­con­tre com­merçants et habi­tants. Par­mi eux, un gros bon­homme bar­bu qu’elle imag­ine pein­tre place du Tertre… jusqu’au jour où elle décou­vre son vis­age sur une colonne Mor­ris annonçant le réc­i­tal de Bernard Dimey à la salle Pleyel. Curieuse, elle assiste au spec­ta­cle. Au sor­tir du théâtre, elle va féliciter et con­fi­er son émo­tion à l’immense poète. À Mont­martre, ils se revoient au Lux-Bar et dans les bistrots du quarti­er que fréquente l’homme qui la prend en ami­tié. Petit à petit, ils se dévoilent, se con­fient jusqu’à décou­vrir l’incroyable lien qui les uni. Dès lors, elle illu­min­era le quo­ti­di­en du poète…

Notre avis : Sur la petite scène de l’Essaïon, c’est bien avec un géant que nous avons ren­dez-vous. Dominique, sa « fille illégitime », mais si légitime, racon­te son his­toire incroy­able avec ce père qu’elle décou­vre sur le tard, suite à une com­bi­nai­son de hasards.

La chanteuse diseuse reprend sou­vent les mots de son père pour faire revivre le Mont­martre de la fin des années 70, bien éloigné du quarti­er touris­tique con­tem­po­rain. Bernard Dimey est peu con­nu du grand pub­lic ; pour­tant il suf­fit d’entendre les pre­mières notes de « Syra­cuse », qui ouvrent le spec­ta­cle, pour qu’un mur­mure par­court la salle : « Ah, c’est lui !? » Hen­ri Sal­vador immor­tal­isa cette chan­son, dont il com­posa la musique, sur des paroles de Dimey. Plonger dans son univers tru­cu­lent, col­oré, ten­dre et par­fois acerbe con­stitue un bain de jou­vence. C’est avec une fougue empreinte de ten­dresse que Dominique Dimey évoque cet homme qui mou­rut bien trop jeune d’excès d’alcool et de tabac, un géant frag­ile à l’esprit si fin.

Accom­pa­g­née par un pianiste ou un accordéon­iste, en alter­nance d’une représen­ta­tion à l’autre, Dominique Dimey con­te ses blessures, ses joies, au tra­vers des moments pré­cieux qu’elle partagea avec son père. L’entendre incar­n­er ses mots – ou les pro­longer, puisqu’il nous est don­né d’entendre la voix de Dimey déclamer son superbe poème Les Enfants de Loux­or avant que sa fille ne prenne le relais – est un réel bon­heur. Une autre chan­son très con­nue, per­son­nifiée par Zizi Jean­maire, vient tit­iller la mémoire des spec­ta­teurs, con­quis. « Mon truc en plume » et son image enjouée, chic et pail­letée, con­traste bien avec la vie tein­tée de mélan­col­ie de son auteur.

Loin de s’appesantir, de scléros­er son his­toire dans un passé figé, Dominique Dimey se plaît à ren­dre hom­mage avec une cer­taine gour­man­dise à ce père tant aimé, cet auteur essen­tiel, et provoque à coup sûr l’envie de décou­vrir ou de redé­cou­vrir son œuvre.

À ce titre, nous ne sauri­ons que vous con­seiller de vision­ner une archive exhumée par sa fille, durant laque­lle il nous est per­mis d’assister à la nais­sance d’une chan­son. Bernard Dimey, jeune, y tra­vaille aux côtés de Fran­cis Lai…

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici