Canada — Ce n’était qu’un rêve (Critique)

0
328
Guy­laine Tan­guay © Daniel Daig­nault

Un spec­ta­cle hom­mage à l’œuvre musi­cale de Céline Dion qui met en vedette Guy­laine Tan­guay et sept musi­ciens.

Avec le spec­ta­cle Ce n’était qu’un rêve, revivez les grands moments qui ont mar­qué la car­rière musi­cale de Céline Dion. À tra­vers plusieurs tableaux musi­caux inspi­rants, redé­cou­vrez ses débuts dès l’âge de 14 ans, sa car­rière aux États-Unis, sa con­sécra­tion en France, ses suc­cès à Las Vegas et bien d’autres encore. Le pub­lic sera trans­porté dans l’univers musi­cal de la reine de la musique pop. Un spec­ta­cle à voir et à vivre !

75 min­utes sans entracte.
Spec­ta­cle en mat­inée, for­mule brunch-spec­ta­cle.

Chan­sons 50% fran­coph­o­ne et 50% anglo­phone, inter­ven­tions en français.

Notre avis :
La tal­entueuse Guy­laine Tan­guay délaisse son réper­toire coun­try pour s’attaquer à l’oeuvre de notre Céline Dion nationale ! Il faut pos­séder une bonne dose d’au­dace pour se con­fron­ter à l’une des plus grandes voix du Québec, voire du Monde. Un défi pour­tant relevé haut la main !

Vêtue d’une sim­ple robe noire et accom­pa­g­née d’un gui­tariste, la belle Guy­laine ouvre le spec­ta­cle avec les toutes pre­mières chan­sons de Céline, « Mon ami m’a quit­tée”, et “D’amour ou d’amitié” entre autres. Elle rend hom­mage à René Angélil, le défunt mari de Céline, à tra­vers la chan­son préférée de celui-ci, “Trois heures vingt”, créée par Eddy Mar­nay et Diane Juster en 1984. Un moment très émou­vant.

Guy­laine Tan­guay et son gui­tariste © Daniel Daig­nault

Guy­laine par­court donc en chan­sons la car­rière de Céline, accom­pa­g­née par sept musi­ciens, par­mi lesquels on retrou­ve… la vio­lon­cel­liste qui achève tout juste la tournée européenne de Céline ! On retrou­ve donc la star à tra­vers dif­férents tableaux : les débuts, la trans­for­ma­tion, la con­quête des Etats-Unis, la fran­coph­o­nie, Las Vegas, Hol­ly­wood. Guy­laine Tan­guay inter­prète Céline avec émo­tion et justesse.

On retrou­ve une foule de suc­cès de Céline Dion, par­mi lesquels on peut notam­ment citer “Ce n’était qu’un rêve”, “Incog­ni­to”, “Uni­son”, « Where Does my Heart Beat Now” « All by Myself”, “Pour que tu m’aimes encore” ou “My Heart Will Go On”. Elle achève son tour de chant avec une ver­sion spec­tac­u­laire de “I’m Alive” et un pub­lic en délire.

On aurait aimé que le spec­ta­cle soit un peu plus “glam­our” avec des décors, des pro­jec­tions ou même des danseurs… Mal­gré tout, Guy­laine Tan­guay offre un spec­ta­cle sans pré­ten­tion sur la car­rière et l’évo­lu­tion de Céline Dion.