Canada — Queens on Tour (Critique)

0
326
Patri­cia Bernier, Johanne Lefeb­vre, Marie-Ève Fournier, Nan­cy Fortin et Mar­i­anne Math­ieu — Queens on tour © Daniel Daig­nault

Directeur artis­tique et con­cep­teur : Olivi­er Thuaud
Directeur musi­cal et arrange­ments musi­caux : Philippe Brochu

Dis­tri­b­u­tion :
Patri­cia Bernier, Nan­cy Fortin, Marie-Ève Fournier, Johanne Lefeb­vre, Mar­i­anne Math­ieu
Choré­gra­phies : Mila Thé

Musi­ciens :
Philippe Brochu : Bat­terie
Gilles Boulet : Clavier et accordéon
Fran­cis Tétu : Gui­tare
Miri­am Pilette : Gui­tare
Fabi­enne Gilbert : Basse et con­tre­basse

Danseuses :
Mila Thé, Car­o­line Nan­tel, Megan Bry­don, Angélique Delorme

Elles se nom­ment Melis­sa Etheridge, Pat Benatar, Janis Joplin, Aretha Franklin, Ala­nis Moris­sette, Annie Lennox, Tina Turn­er, Joan Jett, Et il y en a d’autres! Elles sont les reines du rock et de la pop. Elles ont boulever­sé le monde la musique.

Le spec­ta­cle Queens on Tour met en vedette cinq chanteuses qui vivent pour la musique. Avec ce feu qui les ani­me, elles ren­dent hom­mage à quelques-unes des plus grandes chanteuses rock et pop de l’histoire.

90 min­utes sans entracte — Aus­si en for­mule souper-spec­ta­cle.

Notre avis :
Le Cabaret du Casi­no de Mon­tréal offre à son fidèle pub­lic une revue musi­cale autour des grandes chanteuses pop et rock, d’Aretha Franklin à Adele. Queens on tour débute avec une ver­sion épous­tou­flante de Carmi­na Burana, inter­prétée a capel­la par cinq tal­entueuses artistes. Dès les pre­mières notes, le pub­lic est con­quis. Avec leurs voix puis­santes, Patri­cia Bernier, Nan­cy Fortin, Marie-Ève Fournier, Johanne Lefeb­vre et Mar­i­anne Math­ieu réjouiront un pub­lic friand de revues musi­cales.

La mise en scène d’O­livi­er Thuaud est mod­erne, portée par des décors évo­lu­tifs, des plate­formes en mou­ve­ment et des pro­jec­tions. Nous avons droit à des séquences con­sacrées à des artistes telles que Melis­sa Etheridge, Janis Joplin, Pat Benatar, Heart, Aretha Franklin et Tina Turn­er. Les pro­duc­teurs n’ont pas oublié que ce spec­ta­cle est présen­té au Québec. C’est pourquoi ils ont inté­gré des hom­mages aux artistes « made in Que­bec », notam­ment Mar­jo (J’lâche pas, Illé­gal, Provo­cante), Nanette Work­man (Ce soir on danse à Nazi­land) et Diane Dufresne (Rock pour un gars de bicy­cle). Cette dernière chan­son, inter­prétée avec brio par l’in­com­pa­ra­ble Nan­cy Fortin, est illus­trée par l’ar­rivée d’une moto sur scène,un effet spec­tac­u­laire très appré­cié du pub­lic mal­gré l’odeur de « fuel » qui flot­tait dans l’air. Les spec­ta­teurs appré­cient unanime­ment l’im­mense tal­ent de Nan­cy Fortin ; elle a d’ailleurs droit à de nom­breuses ova­tions, notam­ment pour ses épous­tou­flantes presta­tions de « Try » (Janis Joplin), « Thank You » (Ala­nis Morisette), « Think » (Aretha Franklin) et « Rolling in the Deep » (Adele). Elle atteint le cœur du pub­lic avec « Here Come the Rain Again » (Eury­th­mics) dont le traite­ment rock fait oubli­er la ver­sion orig­i­nale.

Mar­i­anne Math­ieu n’est pas en reste. Cette chanteuse aux innom­brables tal­ents sait faire frémir avec sa voix mus­clée et éner­gisante. Ses inter­pré­ta­tions sont elles aus­si acclamées par le pub­lic. Out­re ses repris­es de « Respect » (Aretha Franklin) et « Sim­ply the Best » (Tina Turn­er), on saluera sa presta­tion en duo avec Nan­cy Fortin. Ce moment fort de la soirée a lieu devant un pub­lic en délire, sur la chan­son de Heart, « Bar­racu­da ». Moment mémorable !

Johanne Lefeb­vre © Daniel Daig­nault

Pour incar­n­er Pat Benatar, Patri­cia Bernier était toute désignée. Avec sa voix naturelle­ment rock, elle a tout le tal­ent néces­saire pour embar­quer le pub­lic. Sa ver­sion de « Love is a Bat­tle­field », accom­pa­g­née par qua­tre mag­nifiques danseuses, est sen­sa­tion­nelle. En out­re, Patri­cia excelle dans sa ver­sion de « What About Love » des sœurs Wil­son. La jeune et douce Marie-Ève a su s’af­firmer, quant à elle, grâce à des presta­tions comme « Me and Bob­by McGee » ou « Piece of my Heart » (Janis Joplin) et « Call Me » (Blondie). D’ap­parence frag­ile, Marie-Ève est tout le con­traire et offre une voix puis­sante. La dernière et non la moin­dre, Johanne Lefeb­vre, est la rockeuse du quin­tet. Sa voix, aux saveurs rock dur et pur, a ébloui l’as­sis­tance avec « Heart­break­er » (Pat Benatar), « Mag­ic Man » (Heart) et « Chain of Fools » (Aretha Franklin).

L’une des séquences les plus mar­quantes est sans aucun doute le « med­ley acous­tique » qui intè­gre par exem­ple « We Belong » inter­prété par une Patri­cia en con­trôle de sa voix, l’in­croy­able « Stop » de Johanne ou un « Killing me soft­ly » remar­quable de Mar­i­anne. La jeune Marie-Ève pro­pose une ver­sion acous­tique de « Sum­mer­time » et le clou de cette par­tie est « Alone » par Nan­cy devant un pub­lic debout.

Les musi­ciens, sous la direc­tion de Philippe Brochu, ain­si que les très belles choré­gra­phies de Mila Thé, con­tribuent cer­taine­ment à faire de Queens on tour un diver­tisse­ment à la hau­teur des attentes. La syn­ergie entre les chanteuses, les danseuses et les musi­ciens fait de ce spec­ta­cle un incon­tourn­able.