Londres — The Life (Critique)

0
29

Musique : Cy Cole­man
Lyrics : Ira Gas­man
Livret : David New­man, Ira Gas­man et Cy Cole­man
Mise en scène : Michael Blake­more

Notre avis : The Life décrit l’univers impi­toy­able de la pros­ti­tu­tion sur Times Square avant que les trot­toirs de New York ne soient “karcherisés” dans les années 90. C’est le pen­dant som­bre de Sweet Char­i­ty, plus édul­coré et égale­ment mis en musique par Cy Cole­man 30 ans plus tôt. Il n’épargne aucun détail sor­dide con­cer­nant le plus vieux méti­er du monde et ses activ­ités con­nex­es : prox­énétisme, drogue et crime organ­isé. Les des­tins croisés de quelques filles for­ment une trame prenante où se mêlent amours et espoirs, trahisons et impass­es.

Michael Blake­more avait déjà mon­té l’original à Broad­way, couron­né par deux récom­pens­es et douze nom­i­na­tions aux Tony Awards de 1997. Sa nou­velle mise en scène, très réal­iste, offre une palette de per­son­nages haute en couleur effec­tu­ant des choré­gra­phies plutôt sophis­tiquées pour l’espace disponible. Dans les scènes les plus crues, il se per­met un peu de nudité et même du sang, une vio­lence explicite rare au théâtre, crédi­ble et qui glace le pub­lic.

Au sein d’une troupe hétéro­clyte et bril­lante, on peut men­tion­ner Sharon D. Clarke, star du West End (Guys and Dolls, Rent, Fame, The Lion King, Chica­go, Ghost.…) qui en impose avec sa « soul atti­tude » dans son rôle de meilleure amie prête au sac­ri­fice. Cor­nell John, qui a créé le rôle de Mufasa dans The Lion King à Lon­dres en 1999, inter­prète ici le méchant prox­énète avec une con­va­in­cante « Scar atti­tude ».

Cette excel­lente pro­duc­tion au South­wark Play­house est l’occasion de décou­vrir ou revoir le dernier opus du génial Cy Cole­man ponc­tué de mer­veilleuses chan­sons comme les jouis­sives “The Old­est Pro­fes­sion” et “My Body” !