Chiche ! (Critique)

0
92

« Car­o­line Loeb chante et se racon­te »
Accom­pa­g­née par Stéphane Corbin, Yor­fela, Ben­jamin Cor­beil.
Mise en scène : Stephan Druet.
Lumières : Thomas Jacque­mart.
Choré­gra­phies : Sebastiàn Gale­o­ta.
Cos­tumes : Irié.

Chiche ! Chiche, Car­o­line Loeb revient en chanteuse ! Chiche, elle se racon­te, émou­vante ou punk, livrant des reflets d’une époque para­doxale, ces fameuses années qua­tre-vingts !

Après Françoise par Sagan, mis en scène par Alex Lutz, et la sor­tie de son nou­v­el album autour de l’au­teure de Bon­jour tristesse, Comme Sagan, Car­o­line Loeb remonte sur scène avec trois musi­ciens (claviers, bat­terie, guitare/basse).

Autour des bijoux de Sagan, Sans vous aimer, Bon­jour New York et Maisons louées, et de ceux con­coc­tés avec et par Pierre Gril­let, Pas­cal Mary, Pierre Notte, Wladimir Anselme, Thier­ry Illouz, Jean-Louis Piérot et Ben­jamin Sik­sou, elle renoue avec le plaisir de retrou­ver le pub­lic dans une forme cabaret.

Si les chan­sons par­lent de thèmes qui la touchent, l’amour des mots, une vie à cent à l’heure, le suc­cès qui foudroie ou la fragilité des amours, elle livre aus­si des moments sur son par­cours qui tient plus du grand huit que d’un long fleuve tran­quille.

Avec sa gouaille et son bagout, Car­o­line Loeb racon­te un déje­uner à l’Élysée avec François Mit­ter­rand, ses folles années Palace ou sa ren­con­tre avec Arlet­ty. Alter­nant drô­lerie et con­fi­dences émou­vantes, Car­o­line Loeb revient plus joyeuse et libre que jamais.

Notre avis : Après son spec­ta­cle Françoise par Sagan, nom­mé aux Molières en 2018, dans lequel elle vivait Françoise Sagan, Car­o­line Loeb a sor­ti un album de chan­sons, Comme Sagan, alliant à la fois des textes orig­in­aux et d’autres de Françoise Sagan mis en musique. Cet album, par le choix des thèmes évo­qués, expri­mait l’admiration de Car­o­line Loeb pour la roman­cière et, par des styles musi­caux très var­iés, dres­sait le por­trait d’une femme aux mul­ti­ples facettes.

Dans son spec­ta­cle Chiche !, Car­o­line Loeb reprend sur scène les douze chan­sons qui com­posent cet album, ain­si que deux titres plus anciens, et tisse un lien de com­plic­ité entre elle et Sagan, nous per­me­t­tant ain­si de mieux com­pren­dre ce qui a pu la séduire chez l’écrivain. Elle inter­cale les pas­sages chan­tés d’anecdotes sur sa vie, par­lant avec lib­erté, humour et autodéri­sion des fastes des années qua­tre-vingt et de l’envers du décor. Un par­al­lèle se crée entre les deux femmes, qui ont con­nu la célébrité jeune, dans leurs rap­ports à la vie publique, aux hommes et à l’argent.

Si les inter­ven­tions par­lées man­quent par­fois un peu de rythme, le charme opère. Car­o­line Loeb est à la fois drôle et émou­vante, évo­quant ses ratés sans api­toiement et regar­dant ses suc­cès avec dis­tance. Les superbes éclairages de Thomas Jacque­mart créent des ambiances très dif­férentes, allant du petit cabaret au grand con­cert parisien, accen­tu­ant ain­si la grande var­iété musi­cale de ce tour de chant. Une belle com­plic­ité se crée avec les trois musi­ciens présents sur scène, Stéphane Corbin aux claviers ain­si qu’à la direc­tion musi­cale, Yor­fela à la gui­tare et à la basse, et Ben­jamin Cor­beil aux per­cus­sions, qui inter­agis­sent régulière­ment avec la comé­di­enne et offrent à la chanteuse un accom­pa­g­ne­ment riche.

Avec ce nou­veau spec­ta­cle, grâce à Françoise Sagan, Car­o­line Loeb nous par­le d’elle, nous embar­que dans son univers de femme libre qui vit pleine­ment et sans cal­cul sa vie d’artiste.