Broadway rouvre… à petits pas

0
715

Plus d’un an après que tous les théâtres de New York ont été con­traints de baiss­er le rideau le 12 mars 2020 en réponse à l’épidémie de coro­n­avirus, l’une des plus grandes salles de la ville, le Saint James The­ater, a per­mis à une cen­taine de spec­ta­teurs, tous des représen­tants de l’industrie du spec­ta­cle triés sur le volet et cer­ti­fiés en bonne san­té, d’assister à une séance unique de 36 min­utes, met­tant en scène deux grands noms du théâtre de Broad­way : l’acteur Nathan Lane et le danseur Savion Glover.

Le spec­ta­cle, gra­tu­it et sur invi­ta­tion, était présen­té sous l’égide de NY Pop­sUp, une organ­i­sa­tion qui regroupe l’État de New York, les pro­duc­teurs Scott Rudin et Jane Rosen­thal, par­mi les plus act­ifs à Broad­way, et le met­teur en scène Zack Winokur. Le trio se pro­pose de don­ner ain­si plusieurs spec­ta­cles de courte durée jusqu’au mois d’août. L’Empire State Devel­op­ment, qui con­trôle en encour­age les ini­tia­tives cul­turelles et économiques de l’État, a mis en réserve la somme de cinq mil­lions et demi de dol­lars pour financer ces représen­ta­tions et ain­si per­me­t­tre à l’industrie théâ­trale de repren­dre ses activ­ités et de remon­ter le moral des New-Yorkais, trop longtemps privés d’une source impor­tante de loisirs.

Le choix de Nathan Lane était par­ti­c­ulière­ment judi­cieux. Vedette de nom­breuses pièces et comédies musi­cales, dont notam­ment A Fun­ny Thing Hap­pened on the Way to the Forum (Le Forum en folie), Guys and Dolls (Blanch­es colombes et vilains messieurs) et The Pro­duc­ers de Mel Brooks, il est l’un des grands noms de Broad­way et, plus que tout autre, le représen­tant idéal de l’industrie du spec­ta­cle. Sa presta­tion d’une quin­zaine de min­utes con­sis­tait unique­ment en un mono­logue hila­rant écrit spé­ciale­ment pour lui dans lequel il incar­nait un spec­ta­teur féru de théâtre qui rêve que les grandes vedettes de la scène lui ren­dent vis­ite dans son apparte­ment, en se récla­mant d’œuvres pour lesquelles d’autres acteurs, égale­ment présents, s’imaginent être les inter­prètes rêvés.

Dans une inter­view après le spec­ta­cle, Lane devait déclar­er au New York Times : « Nous venons de faire des petits pas vers une reprise de nos activ­ités. C’était une façon comme une autre d’affirmer que nous sommes sur le chemin du retour. »

Quant à Savion Glover, extra­or­di­naire danseur de cla­que­ttes, il allait une fois de plus démon­tr­er la supéri­or­ité de sa tech­nique dans des mou­ve­ments de danse impro­visés sur des chan­sons extraites de comédies musi­cales qui l’avaient inspiré à pour­suiv­re une car­rière dans le théâtre, par­mi lesquelles A Cho­rus Line, The Tap Dance Kid, Dream­girls, 42nd Street et West Side Story.

A la fin du spec­ta­cle, Char­lotte St. Mar­tin, prési­dente de la Ligue des Théâtres de Broad­way, devait déclar­er : « Je n’ai pas de boule de cristal – per­son­ne n’en a – mais des spec­ta­cles doivent repren­dre en sep­tem­bre, en octo­bre et en novem­bre, et les représen­ta­tions que le Pops Up a organ­isées devraient être d’une grande aide dans ce sens-là, notam­ment pour les ser­vices san­i­taires qui devraient ain­si se ren­dre compte de ce que les théâtres vont faire et, nous l’espérons, de nous don­ner le feu vert pour les rou­vrir à cent pour cent. C’est égale­ment une belle occa­sion de rap­pel­er à toutes et à tous l’importance des théâtres et ce qui rend New York si unique en son genre… »

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici